Navigation

AccueilActualités

Archives nationales d’Outre-mer : Mise en ligne de l’inventaire 237 APOM (fonds Arthur Henry, médecin guyanais)

mardi 29 août 2017

Archives nationales d’Outre-mer (Aix-en-Provence) : Mise en ligne de l’inventaire 237 APOM (fonds Arthur Henry, médecin guyanais)]

« Arthur Henry est né à Cayenne le 30 juin 1873. Après avoir fait des études de médecine en métropole, il rentre en Guyane pour exercer son métier. Marié en 1905 avec Léonie Brunel de Chancel, il aura trois fils. Il est très engagé dans une vie politique locale où les fraudes électorales sont régulières. En effet la Guyane conserve un statut spécial : les lois n’y sont applicables qu’une fois pris, par le ministre des Colonies, un décret d’application promulgué par le gouverneur. Cette procédure permet d’évincer les Guyanais du système électoral ; de ce fait, le député guyanais, de 1906 à 1928, est toujours issu de la métropole, donc souvent absent.

En 1908, alors que les élections pour le conseil général se déroulent dans l’agitation, Henry blesse légèrement d’un coup de pistolet un dénommé Troncon, ce qui lui vaudra deux mois de prison. Il rassemblera en 1911 les différentes pièces du procès dans un ouvrage intitulé Une affaire bien coloniale . A sa sortie de prison, il part en métropole où il obtient son diplôme de l’Institut de médecine coloniale. Dans les années qui suivent, il partagera sa vie entre la métropole et Cayenne où il exerce la médecine. Il devient administrateur de la banque de Guyane et membre suppléant du Conseil privé ; il sera également président du syndicat d’initiative. Partisan de Jean Galmot, Arthur Henry est sollicité en 1930 pour se présenter aux élections législatives, mais il finira par soutenir Gaston Monerville.

Il quitte définitivement la Guyane en 1932. Il s’installe en Touraine à Vernou où il rachète un petit cabinet médical. Il n’aura de cesse de corriger l’image de sa terre natale. Il publie en 1935 La Guyane Française, capitale Cayenne, puis en 1950, son ouvrage majeur, La Guyane française, son histoire, 1604-1946. Il meurt à Paris le 23 août 1963.

L’intérêt du fonds réside dans une importante correspondance, notamment entre Arthur Henry et sa femme ou ses enfants, sur de nombreuses années. »


Voir en ligne : http://anom.archivesnationales.cult...

Dernières brèves