Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

A découvrir le site « Images & Mémoires » (iconographie ancienne)

mardi 10 mai 2016, par Dominique Taurisson-Mouret

« Fondée à Paris en mars 1995, l’Association Images & Mémoires regroupe des chercheurs, collectionneurs et techniciens de tous horizons qui s’intéressent, d’une manière ou d’une autre, à l’iconographie, principalement ancienne d’Afrique, mais aussi moderne et d’autres continents. Partant du constat que ces images se trouvent actuellement hors des pays d’origine, l’Association souhaite, par ses actions, enrichir et développer les patrimoines culturels des pays concernés en coopération avec leurs gouvernements, leurs institutions, leurs chercheurs, leurs étudiants. Elle se donne pour tâche première de retrouver les images existantes, qu’elles qu’en soient la nature, la catégorie ou la provenance, de les répertorier, de les révéler par des expositions ou tout autre moyen d’information. »

« L’idée de fonder l’Association Images & Mémoires a germé dans l’esprit d’un petit groupe de personnes qui exerçaient en Afrique, dans les années 1970, en tant qu’anthropologues, photographes, magistrats, historiens. La découverte de la richesse iconographique de ce continent suscita leur intérêt immédiat et les amena à s’impliquer dans la recherche et la mise en valeur de ce patrimoine, méconnu et menacé.

Jusqu’au milieu du XIXe siècle, les représentations du monde tropical ou équatorial restent limitées aux gravures, dessins, illustrations laissés par des voyageurs ou des marins. Avec l’avènement de la photographie et le développement des moyens de transport, l’iconographie de ces contrées lointaines prend un essor considérable. A ce corpus restreint vient s’ajouter une multitude d’autres images : photographies, cartes postales, affiches, étiquettes, timbres-poste, pagnes et tissus illustrés, enseignes et peintures populaires... Tous les thèmes sont abordés, paysages, faune et flore, histoire, géographie, architecture et habitat, armée, marine, transports, institutions politiques et religieuses, personnages, vie quotidienne, cérémonies, métiers, industrie et techniques...

Des facteurs inhérents au contexte historique et à aux auteurs de ces images, qui ne sont pour la plupart originaires des pays concernés, vont être responsables de leur dispersion. La majorité d’entres elles se retrouvent donc hors d’Afrique ou d’Asie, dans les ex-métropoles, chez les collectionneurs et les négociants, ainsi que dans les agences, les photothèques, les cartothèques et les dépôts d’archives publiques ou privées. Eparpillées et loin de leurs lieux d’origine, beaucoup se perdent ou deviennent difficilement accessibles.

Quant aux pays concernés, ils ignorent souvent l’existence et l’importance de ces trésors. Seules les capitales ou certaines grandes cités détiennent un fonds modeste de photographies, de tableaux, de gravures ou de cartes postales. Peu d’expositions sont organisées, les archives nationales sont souvent en mauvais état. Les institutions de conservation travaillent dans des conditions précaires, sans véritable programme de collecte et de recensement, encore moins de préservation et d’exploitation du patrimoine iconographique.

Face à ce constat désolant, et conscient de la valeur de ces images, particulièrement les plus anciennes, comme éléments essentiels de connaissance d’un passé insuffisamment exprimé par les archives écrites ou le souvenir collectif, des manifestations en partenariat avec des institutions nationales, des rencontres, des travaux de recherche et des publications voient le jour. Ils marquent l’engagement de quelques-uns, et leur volonté de favoriser la découverte de ce patrimoine et créer les conditions de son exploitation.

Claude Ardouin, Bernard Gardi, Philippe David, et Georges Meurillon, forts de leurs travaux menés sur le terrain sur les cartes postales anciennes, les archives photographiques et les programmes de collecte et d’inventaire, ont vu dans la démarche associative un moyen de mobiliser et de fédérer les énergies et les compétences pour combler, au moins en partie, le vide existant en terme de patrimoine iconographique, de recherches associées à celui-ci, et de valorisation des images. »

Dans la même rubrique

Dernières brèves