Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

A lire : ’« Discipliner les villes coloniales » : la police et l’ordre urbain au Dahomey pendant l’entre-deux-guerres’, B. Brunet-La Ruche, Criminocorpus

jeudi 19 janvier 2012, par Dominique Taurisson-Mouret

A lire : ’« Discipliner les villes coloniales » : la police et l’ordre urbain au Dahomey pendant l’entre-deux-guerres’

« Tare de l’État colonial », la police en Afrique occidentale française (AOF) exerce pendant l’entre-deux-guerres une multiplicité de fonctions (surveillance de la presse, des mouvements politiques et des prisons, application des innombrables réglementations locales sur l’hygiène et les espaces publics, etc.) qui l’écarte de la prévention et de la répression des crimes et délits. Mais l’organisation d’une police judiciaire, « la seule police qu’une démocratie puisse avouer »selon les termes de Clemenceau, est également quasi-inexistante en France métropolitaine au début XXe siècle, en dehors de Paris et quelques grandes villes. Le souci d’efficacité et de proximité des policiers auprès des populations n’émergent par ailleurs qu’à la fin du XIXe siècle en France métropolitaine, depuis la municipalité de Paris jusqu’à la préfecture de police.
Si l’éparpillement des missions de la police n’est pas propre à l’AOF, il ne doit pas masquer l’orientation essentielle qui est donnée aux nouveaux services de police en AOF à partir des années 1920 : l’« encadrement » politique mais aussi disciplinaire des populations, principalement dans les villes. Les impératifs de conquête et de pacification qui ont prévalu jusqu’à la fin de la Première Guerre mondiale pour l’organisation de la police cèdent le pas à une crainte plus diffuse de la mobilité des populations colonisées, des échanges, des contacts et de la contagion. Les peurs liées à la mobilité ne sont pas spécifiques à l’AOF ; elles trouvent leur expression première en métropole. Le processus de construction du crime, d’objet juridique en objet scientifique (criminologie et anthropologie criminelle) puis politique, émerge en effet sous la IIIe République… Sophie Victorien

Lire l’article de Bénédicte Brunet-La Ruche sur Criminocorpus.

Tout l’agenda

Dans la même rubrique

Dernières brèves