Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Algérie 50 ans après : libérer l’histoire (1-3/07/2012)

jeudi 28 juin 2012, par Dominique Taurisson-Mouret

ALGERIE 50 ANS APRES : LIBERER L’HISTOIRE

Du 1er au 3 JUILLET 2012

Autour du COLLOQUE : Bibliothèque Nationale El Hamma - Alger

Ce collque est organisé conjointement par le Centre National de Recherche en Préhistoire, en Anthropologie et en Histoire (CNRPAH), et le quotidien national La Tribune.

PROGRAMME

Dimanche 1er juillet

09h00-11h00 : Séance 1 présidée par Naget Khadda

  • Hartmut Elsenhans : Illusions françaises dans la guerre d’Algérie et nostalgies d’antan dans son historiographie versus structures d’une décolonisation inévitable.
  • Manthia Diawara : De la Nation au panafricanisme.
    Mohamed el Korso : Libérer l’histoire : une question de méthode.
  • Paul Siblot : Nécessité et conditions d’une réflexion commune sur l’histoire des rapports franco-algériens.
  • Belaïd Abane : L’indépendance 50 ans après. Comment aller au-delà des deux moments fondateurs de l’état national algérien moderne : Novembre et la Soummam ?

11h30-13h00 : Séance 2 présidée par Jean-Maurice Monnoyer

  • Ahmed Benaoum : Mémoire, identité, sciences du passé et pouvoirs.
  • Nicolas Bancel : Réception en France des études postcoloniales.
  • Nadir Boumaza : Réflexion sur les processus d’historicisation du fait colonial et de la guerre de libération.
  • Mohammed Touili : Exemplarité et actualité du combat du F.L.N durant la Guerre de libération nationale, 1954-1962.
  • Ouanassa Siari-Tengour et Fouad Soufi : Les mémoires de l’Histoire.

14h30-16h00 : Séance 3 présidée par Nicolas Bancel

  • Marc Perrenoud : Historiographie suisse sur la guerre d’Algérie.
  • Fritz Taubert : Contribution à la recherche sur le phénomène de décolonisation : la situation diplomatique entre RFA, RDA, France et Algérie en guerre.
  • Tuomo Melasuo : La Guerre d’Algérie et la sensibilisation des pays nordiques à la décolonisation.
  • Mimoun Aziza : Le Maroc et la guerre d’indépendance algérienne.
  • Hédi Bekkouche : La Tunisie et la guerre d’indépendance algérienne.

16h30-18h30 : Séance 4 présidée par Mohamed el Korso

  • Kamel Chachoua : Emigration vers la France et structures coloniales en Algérie.
  • Omar Carlier : La réunion des 22, sociologie de groupe et logique de l’action.
  • Rafik Chekkat : Tradition des opprimés, histoire et critique de la notion de progrès chez Frantz Fanon et Walter Benjamin.
  • Olivier Fanon : Pourquoi Frantz Fanon dérange-t-il 51 ans après ?
  • Jean Salem : L’Algérie dans le parcours d’intellectuels français (Derrida, Labica)

Lundi 2 juillet

09h00-11h00 : Séance 5 présidée par Kmar Bendana

  • Nagy Laszlo : L’indépendance : renaissances nationale et sociale. Quel projet de société pour l’Algérie et les pays du tiers-monde dans les années 1960 ?
  • Didier Guignard : Appréhender la colonisation foncière au-delà du face à face franco-algérien.
  • Omar Bessaoud : La paysannerie algérienne dans l’agriculture coloniale.
  • Zineb Ali-Benali : Les femmes d’Algérie dans les luttes et les résistances nationales. Quel genre d’histoire ?
  • Paola Palladino : Mémoire et silence sur la participation des femmes à la lutte de libération nationale.

11h30-13h00 : Séance 6 présidée par Tuomo Melasuo

  • Omar Derras : Participation sociale et vitalité associative en Algérie.
  • Habib Belaïd : La « société civile », en Tunisie : rupture et continuité (époque coloniale et postcoloniale).
  • Youcef Fates : L’état des lieux du mouvement sportif en 1962 : héritage et reconstruction.
  • Dalila Aït-el-Djoudi : Le cas des prisonniers de l’ALN.
  • Soraya Belhadef : Sur les manifestations de décembre 1960.

14h30-16h00 : Séance 7 présidée par Mimoun Aziza

  • Gilles Manceron : La nécessaire reconnaissance par la France des crimes de la colonisation et la remise en cause des histoires officielles.
  • Claire Mauss-Copeaux : Au delà des représentations partisanes et des dénis actuels, comment construire un récit historique ? L’exemple du 20 août 1955 et de ses suites.
  • Jean-Maurice Monnoyer : De l’état de guerre à l’Etat souverain : réflexion sur la souveraineté dans le cadre de l’histoire algérienne depuis 1830.
  • Kmar Bendana : Les mémoires politiques : naissance et contours d’un genre.
  • Abdel’alim Medjaoui : Itinéraire d’un universitaire dans les rangs du Front et de l’Armée de libération nationale.

16h30-18h30 : Séance 8 présidée par Gilles Manceron

  • Benjamin Brower : Le Hadj durant la période coloniale.
  • Sid Ahmed Mebarek Ben Allel : Récit de la mort de Mohammed Ben Allel le 11 nov. 1843.
  • Khaled Kchir : Lectures d’Ibn Khaldoun aux XIXe et XXe siècles.
  • Brahim Chibouh : Que reste-t-il des tribus décrites par Ibn Khaldoun ?

Mardi 3 juillet

9h00-11h00 : Séance 9 présidée par Paul Siblot

  • Lydie Diakhate : L’histoire pour mémoire et l’autonomie de l’art.
  • Benamar Mediene : Arts vivants comme représentations de la société et de l’Algérien.
  • Marie Chominot : L’indépendance par l’image.
  • Jacques Choukroun : Cinéma de la guerre.
  • Sébastien Denis : Des images pour libérer l’histoire.

11h30-13h00 : Séance 10 présidée par Manthia Diawara

  • Mourad Yelles-Chaouch : Identité nationale et patrimoine littéraire en Algérie.
  • Naget Khadda : les écrivains de la décennie 50 : écrivains de la conscience nationale.
  • Habib Tengour : Parcours de poésie en Algérie de 1972 à 1994.
  • Anissa Bouayed : Le don des peintres à l’Algérie en 1964 : espoirs et déconvenues d’une internationale de l’art ?
  • Elvire Maurouard : La Présence d’Haïti au Premier Festival Panafricain d’Alger de 1969.

14h30-16h00 : Séance 11 présidée par Hartmut Elsenhans

  • Mustapha Haddab : Pour une histoire de la question linguistique.
  • Farid Benramdane : Dénomination, Transition et institutions en Algérie.
    Brahim Atoui : Sur la toponymie.
  • Ouarda Yermeche : Patronymie : du syndrome nominal à la carence nominative.
  • Yasmina Zemouli : Etat civil et patronymisation.

16h30-18h30 : Séance 12 présidée par Hédi Bekkouche

  • Abdelmadjid Merdaci : La question du départ des Pieds-Noirs en 1962.
  • Pierre Daum : Les « Pieds-Noirs » restés en Algérie en 1962.
  • Mabrouk Jebahi : La jeunesse et la perception du nationalisme en Tunisie.
  • Smaïl Hadjali : Le traitement de la « crise algérienne » de la décennie 1990 par la sphère savante française.
  • Adel Samara : Clôture des travaux.

En savoir plus sur le colloque : http://www.latribune-online.com/si_...

Tout l’agenda

Dans la même rubrique

Dernières brèves