Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Appel à communication : « Administration territoriale et représentants de l’État au XIXe siècle : penser les circulations des savoirs, des modèles et des hommes » (Open Universiteit, Campus Vrije Universiteit Brussel, 7-8/12/2017)

mardi 7 mars 2017, par Dominique Taurisson-Mouret

Date limite de soumission : samedi 15 avril 2017
  • Open Universiteit, Campus Vrije Universiteit Brussel - Pleinlaan 2, Bruxelles, Belgique (1050)

Dans l’Europe entière, le XIXe siècle a constitué un moment de croissance et de modernisation de nombreux niveaux d’administration. Le processus de construction de l’État a notamment conduit à inventer ou à renforcer les hauts représentants que sont les préfets ou les gouverneurs dans des ressorts de tailles diverses afin d’assurer la présence du centre politique sur l’ensemble du territoire. Depuis 2015, sous l’impulsion de Pierre Karila-Cohen (Rennes 2, Tempora, et IUF), un groupe international de chercheurs tente de décloisonner les historiographies nationales portant sur ces figures de l’État présentes dans toute l’Europe sous différents titres et de mener une histoire comparée à l’échelle continentale de cet échelon d’administration. Deux rencontres ont déjà eu lieu à Rennes, les 8-9 octobre 2015 et les 17-18 novembre 2016.
La troisième rencontre aura lieu à Bruxelles les 7 et 8 décembre 2017. Elle portera sur les circulations à l’échelle européenne des savoirs et des modèles d’administration provinciale ou départementale ainsi que sur celles des hommes qui ont servi l’État à ce niveau d’administration et ont pu utiliser leur(s) expérience(s) ailleurs au sein d’un même empire, voire d’un empire ou d’une nation à l’autre. Les expériences acquises en terrain colonial sur d’autres continents et réutilisées sur le sol européen font à cet égard pleinement partie de l’horizon de ce colloque. Il s’agit donc ici d’aborder l’histoire de l’administration territoriale en Europe en utilisant des problématiques de l’histoire transnationale telle qu’elle se développe depuis plusieurs années. Un paradoxe frappant du processus de construction et de consolidation des États-nations tient en effet au fait que celles-ci ont souvent été fondées sur l’imitation d’exemples étrangers. Les réformes de l’État procèdent bien souvent d’une attention à des modes d’organisation observés dans d’autres pays, bientôt transfigurés en « modèles », qui, souvent, sont assez éloignés des réalités que l’on prétend observer. Il n’empêche que ces circulations contribuent de manière récurrente aux évolutions des États européens, notamment – ou même – à l’heure de l’État-nation.

Sans être en rien limitatifs, les thèmes suivants constitueront des points d’attention prioritaires de ce colloque :

  • Quelles idées ont circulé en Europe au XIXe siècle sur l’administration des départements ou des provinces ? Peut-on observer des échanges comparables à ceux qui ont concerné les sciences camérales au XVIIIe siècle (voir notamment Lebeau, 1993).
  • De quelle manière se sont déroulés les emprunts à tel ou tel « modèle » ? L’extension des empires a souvent donné lieu à l’exportation de ces autorités (par exemple la figure du préfet dans l’Europe napoléonienne). En dehors de ces cas, quels ont été les canaux de connaissance, de diffusion et d’appel à l’imitation de modèles étrangers d’administration territoriale ?
  • De quel poids ont pesé les relations interpersonnelles et les communautés idéologiques dans les réformes touchant au gouvernement des départements et des provinces ? Par exemple, autour des années 1800, les libéraux de plusieurs pays ont joué un rôle important dans l’évolution de leurs États respectifs (Randeraad, 1994). Peut-on mettre en évidence l’existence de réseaux d’administrateurs liés à leur formation dans telle université, à un moment commun dans leur carrière, à des contacts de part et d’autre d’une frontière, à l’adhésion à une idéologie spécifique (Leersen, 2011) ?
  • Dans quelle mesure ces représentants de l’État ont-ils fait preuve de mobilité au cours de leur vie à l’intérieur de leur territoire d’origine, en Europe et même au-delà ? Cette mobilité a-t-elle affecté leurs pratiques administratives, notamment dans le cas de carrières impériales ou coloniales (Buchen und Malte, 2015 ; Lambert and Lester, 2006) ?

Des communications d’une durée de 25 minutes peuvent être proposées en français ou en anglais, qui constitueront les deux langues du colloque. Les études de cas très précises seront particulièrement bienvenues. Merci d’adresser vos propositions par mail à Pierre Karila-Cohen pierre.karila-cohen chez univ-rennes2.fr et à Martijn Van der Burg martijn.vanderburg chez ou.nl avant le 15 avril 2017. Merci de noter que seule une partie des frais sur place pourront être couverts par les organisateurs.

Bibliographie :

  • Buchen, Tim and Rolf Malte (hrsg), Eliten im Vielvölkerreich. Imperiale Biographien in Russland und Österreich-Ungarn (1850-1918), Berlin, De Gruyter Oldenbourg, 2015.
  • Lambert, David and Alan Lester eds., Colonial Lives across the British Empire : Imperial Careering in the Long Nineteenth Century, Cambridge, Cambridge University Press, 2006.
  • Lebeau, Christine, « Beispiel eines Kulturtransfers zwischen Frankreich und Sachsen : die neue Regierungskunst in Sachsen zur Zeit des Rétablissements (1762-1786) », in Michel Espagne und Matthias Middell (hrsg), Von der Elbe bis an die Seine. - Kulturtransfer zwischen Sachsen und Frankreich im 18. und 19. Jahrhundert, Leipzig, Leipziger Universitätsverlag, 1993.
  • Leerssen, Joep, « Viral nationalism : Romantic intellectuals on the move in nineteenth-century Europe », Nations and Nationalism, 17, 2011, p. 257-271.
  • Randeraad Nico, ‘Thorbecke en de inrichting van het lokale bestuur’, Tijdschrift voor Geschiedenis 107, 1994, p. 540-541.
Appel
« Administration territoriale et représentants de l’État au XIXe siècle : penser les circulations des savoirs, des modèles et des hommes »
Date limite de soumission : samedi 15 avril 2017

Dans la même rubrique

Dernières brèves