Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

« Dialogues interculturels à l’époque coloniale et postcoloniale. Représentations littéraires et culturelles – Orient, Maghreb et Afrique occidentale (de 1830 à nos jours) » — Paris, Institut Historique Allemand — Du 8 au 10 novembre 2017

mardi 3 janvier 2017, par Dominique Taurisson-Mouret

Date limite de soumission : mardi 28 février 2017
  • Ce colloque sera placé sous la responsabilité scientifique de Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de la Sarre) et de Sarga Moussa (CNRS, UMR THALIM). Niels May assurera la coordination à l’IHA.
  • Institut Historique Allemand à Paris, Hôtel Duret de Chevry, 8 rue du Parc-Royal, Paris, France (75003)
Appel à communication

L’objectif du colloque est d’étudier la façon dont les dialogues interculturels sont représentés, aussi bien dans des textes narratifs de fiction (romans et nouvelles à caractère exotique) que dans des ouvrages non fictionnels (récits de voyage, essais de type ethnographique) ainsi que dans d’autres médias (peinture, illustrations d’ouvrages, films) pendant une période allant de la conquête d’Alger à nos jours. Dans une perspective comparatiste, il s’agira de confronter des corpus en plusieurs langues européennes, principalement en français, en allemand et en anglais, tout en faisant une place à des textes en arabe et en langues africaines.

On voudrait tenter de mettre en évidence des phénomènes dialogiques et interculturels, qui existent dans de très nombreux de textes, de manière concrète et repérable, avec des dialogues au discours direct ou indirect, afin de marquer la dimension multilingue ou exolingue du dialogue, sous forme de présence de mots étrangers, de citations commentées, de polyphonies énonciatives. S’y ajoutent des marques de communication non verbale (codes gestuels, mimiques et proxémiques), para-verbale (intonation, registres stylistiques) et extra-verbale (codes vestimentaires, maquillage, coiffure). Enfin, la dimension de la médiation et ses figures majeures que sont les guides et les interprètes pourront également être prises en compte. À partir d’études de cas qui seront au centre du colloque, l’établissement d’une typologie pour ces différents paramètres (formels et intellectuels) pourrait être établie.

Les méthodes d’approche envisagées pour ce projet découlent de l’objet et des questionnements esquissés, lesquels n’ont été jusqu’ici qu’insuffisamment abordés et explorés dans la recherche et dans l’enseignement, en France et en Allemagne. Elles concernent notamment les approches postcoloniales en études littéraires et culturelles (Homi Bhabha, Ashcroft/Griffith/Tiffin, Edward Said), la théorie de la communication interculturelle (Müller-Jacquier, Heringer, Lüsebrink), l’anthropologie culturelle (Clifford Geertz, James Clifford), l’anthropologie historique (Andreas Motsch) et la sémiologie.

Le colloque comportera trois volets :

  • premièrement un volet théorique, introduit par les deux organisateurs et comportant également des réflexions sur les notions de ‘dialogue interculturel’, d’‘interaction interculturelle’, de ‘culture coloniale’, d’‘histoire croisée’ et de ‘post-colonialisme’ ;
  • deuxièmement un volet centré sur l’analyse de textes de l’époque coloniale, embrassant un éventail à la fois large et représentatif de cultures, de genres et de formes de représentations symboliques ;
  • troisièmement un volet d’analyse de textes de l’époque post-coloniale susceptible de mettre en lumière des formes de rupture, mais aussi de continuité avec l’époque coloniale et son héritage symbolique, formel et idéologique.

Envoi des propositions

Les propositions de communication, d’une demi-page à une page environ, peuvent être rédigées en français, en allemand ou en anglais, d’ici le 28 février 2017, avec un court CV, aux deux organisateurs : luesebrink chez mx.uni-saarland.de et smoussa chez free.fr

Colloque
Du 8 au 10 novembre
Appel
« Dialogues interculturels à l’époque coloniale et postcoloniale. Représentations littéraires et culturelles – Orient, Maghreb et Afrique occidentale (de 1830 à nos jours) »
Date limite de soumission : mardi 28 février 2017
  • Ce colloque sera placé sous la responsabilité scientifique de Hans-Jürgen Lüsebrink (Université de la Sarre) et de Sarga Moussa (CNRS, UMR THALIM). Niels May assurera la coordination à l’IHA.
  • Institut Historique Allemand à Paris, Hôtel Duret de Chevry, 8 rue du Parc-Royal, Paris, France (75003)
Appel à communication

L’objectif du colloque est d’étudier la façon dont les dialogues interculturels sont représentés, aussi bien dans des textes narratifs de fiction (romans et nouvelles à caractère exotique) que dans des ouvrages non fictionnels (récits de voyage, essais de type ethnographique) ainsi que dans d’autres médias (peinture, illustrations d’ouvrages, films) pendant une période allant de la conquête d’Alger à nos jours. Dans une perspective comparatiste, il s’agira de confronter des corpus en plusieurs langues européennes, principalement en français, en allemand et en anglais, tout en faisant une place à des textes en arabe et en langues africaines.

On voudrait tenter de mettre en évidence des phénomènes dialogiques et interculturels, qui existent dans de très nombreux de textes, de manière concrète et repérable, avec des dialogues au discours direct ou indirect, afin de marquer la dimension multilingue ou exolingue du dialogue, sous forme de présence de mots étrangers, de citations commentées, de polyphonies énonciatives. S’y ajoutent des marques de communication non verbale (codes gestuels, mimiques et proxémiques), para-verbale (intonation, registres stylistiques) et extra-verbale (codes vestimentaires, maquillage, coiffure). Enfin, la dimension de la médiation et ses figures majeures que sont les guides et les interprètes pourront également être prises en compte. À partir d’études de cas qui seront au centre du colloque, l’établissement d’une typologie pour ces différents paramètres (formels et intellectuels) pourrait être établie.

Les méthodes d’approche envisagées pour ce projet découlent de l’objet et des questionnements esquissés, lesquels n’ont été jusqu’ici qu’insuffisamment abordés et explorés dans la recherche et dans l’enseignement, en France et en Allemagne. Elles concernent notamment les approches postcoloniales en études littéraires et culturelles (Homi Bhabha, Ashcroft/Griffith/Tiffin, Edward Said), la théorie de la communication interculturelle (Müller-Jacquier, Heringer, Lüsebrink), l’anthropologie culturelle (Clifford Geertz, James Clifford), l’anthropologie historique (Andreas Motsch) et la sémiologie.

Le colloque comportera trois volets :

  • premièrement un volet théorique, introduit par les deux organisateurs et comportant également des réflexions sur les notions de ‘dialogue interculturel’, d’‘interaction interculturelle’, de ‘culture coloniale’, d’‘histoire croisée’ et de ‘post-colonialisme’ ;
  • deuxièmement un volet centré sur l’analyse de textes de l’époque coloniale, embrassant un éventail à la fois large et représentatif de cultures, de genres et de formes de représentations symboliques ;
  • troisièmement un volet d’analyse de textes de l’époque post-coloniale susceptible de mettre en lumière des formes de rupture, mais aussi de continuité avec l’époque coloniale et son héritage symbolique, formel et idéologique.

Envoi des propositions

Les propositions de communication, d’une demi-page à une page environ, peuvent être rédigées en français, en allemand ou en anglais, d’ici le 28 février 2017, avec un court CV, aux deux organisateurs : luesebrink chez mx.uni-saarland.de et smoussa chez free.fr

Dans la même rubrique

Dernières brèves