Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Appel à communications ECAS 2015 - 6e Conférence européenne des études africaines : « Interroger la mémoire des projets d’aide au développement » (Paris, 8-10/0/2015) (<9/01/2015)

lundi 5 janvier 2015, par Dominique Taurisson-Mouret

Interroger la mémoire des projets d’aide au développement

En Afrique, les projets de développement se suivent. Le monde du développement connaît une amnésie structurelle, aggravée par la courte durée des phases de projets, la dispersion des équipes, l’absence d’archivage. En lien avec le programme « Développement, Mémoire, Territoire », ce panel souhaite valoriser la mémoire des acteurs pour interroger l’histoire des projets d’aide, sur la moyenne durée.

Nous tenterons de dessiner les contours de cette histoire en questionnant la mémoire que les acteurs locaux ont de la succession des projets qu’ils ont vécus, de leurs perceptions des continuités et ruptures, de leurs représentations des évolutions des politiques. Les traces matérielles (restes de bâtiments ou de matériel, devenir d’aménagements, etc.) sont aussi une piste possible, de même que le devenir des archives des projets, révélateur de l’intérêt – ou du manque d’intérêt – des institutions d’aide et des administrations nationales pour la mémoire. Enfin, en interrogeant la mémoire de praticiens, nationaux comme expatriés, et leurs analyses de l’évolution des rapports entre agences d’aide, administrations nationales et acteurs locaux. Il s’agit ici de lire de l’intérieur l’évolution des politiques, des dispositifs et des pratiques, et en particulier de mieux comprendre comment se sont construites historiquement la culture du per diem, le renoncement des États à des politiques propres, et ce que l’on peut appeler la démobilisation des Africains vis-à-vis du développement.

Analyzing the memory of aid projects

In Africa, as one development project finishes, a new one begins. The world of development experiences a structural amnesia, aggravated by the short duration of projects, the scattering of teams, and the lack of proper records. In conjunction with the « Development, Memory, Territory » program, this panel aims to scrutinize the memory of actors in order to examine the history of aid projects over the medium term.

We will try to outline this history by asking the local actors what they remember of the sucession of projects, their perceptions of continuities and ruptures, and their views on policy developments. Material traces (traces of buildings, or equipment, what becomes of these, etc.) are also possible tracks, as well as what became of the archives of the projects revealing the interest – or lack of interest – of aid organisations and national governments in memory. Finally, by studying the memory of practionners, nationals as well as foreigners, and analysing the changing relationship between aid agencies, national governments and local actors. In this way, we hope to see from within the development of policies and practices. In particular we try to understand how the culture of per diem, the renunciation by states of their own policies and what we can be called the demobilisation of Africans towards aid projects have emerged over time.

Pour soumettre une communication : http://www.ecas2015.fr/fr/comment-s...

Les communications sont attendues le 9 janvier 2015 dernier délai

Dans la même rubrique

Dernières brèves