Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Appel à communications : « Soi, l’autre et l’ailleurs : Images et imaginaires des villes portuaires de l’Europe atlantique et méditerranéenne (XVIIIe-XXIe siècles) », Bordeaux, 11-12 mai 2015 (<12/10/2014)

dimanche 7 septembre 2014, par Dominique Taurisson-Mouret

Appel à communications : « Soi, l’autre et l’ailleurs : Images et imaginaires des villes portuaires de l’Europe atlantique et méditerranéenne (XVIIIe-XXIe siècles) », Bordeaux, 11 et 12 mai 2015

« Soi, l’autre et l’ailleurs : Images et imaginaires des villes portuaires de l’Europe atlantique et méditerranéenne (XVIIIe-XXIe siècles) », Bordeaux, 11 et 12 mai 2015

Les propositions de communication devront parvenir aux adresses suivantes :
b.barthelemy chez sciencespobordeaux.fr et f.taliano chez sciencespobordeaux.fr, avant le 12 octobre 2014. Elles comprendront un résumé d’une page maximum et un cv avec liste des publications.

Les frais de déplacement ne seront pas pris en charge

Direction : Françoise Taliano-des Garets, professeure d’Histoire contemporaine à Sciences Po Bordeaux, Centre d’Histoire sociale du XXe siècle, Paris 1, Panthéon-Sorbonne

Langues : français et anglais

Organisateurs : CHS du XXe siècle Paris 1, Sciences Po Bordeaux, en partenariat avec le Musée d’Aquitaine et le Musée National des douanes, France

Comité scientifique : Martine Acerra, CRHIA ; John Barzman, CIRTAI ; Gilbert Buti, TELEMME ; Dominique Jarrassé, Centre F.G. Pariset ; Maryline Crivello, TELEMME ; Annie Fourcaut, CHS XXe siècle ; Dominique Kalifa, CRHXIX ; Claire Laux, LAM ; Gérard Le Bouedec, CERHIO ; Brigitte Marin, TELEMME ; Bruno Marnot, CRHIA ; Michel Pigenet, CHS XXe siècle ; Pascal Ory, CHS XXe siècle ; Antoine Roger, CED ; Guy Saupin, CRHIA ; Andy Smith, CED ; Françoise Taliano-des Garets, CHS XXe siècle, associée au CED

"Alors que le marketing urbain s’applique aujourd’hui à cerner l’identité des villes pour mieux la mettre en exergue, ce colloque international propose de réfléchir sur les systèmes de représentations des villes portuaires européennes de l’Atlantique et de la Méditerranée, du XVIIIe siècle à nos jours. La relation entre ville et port –nous traiterons ici exclusivement des ports maritimes- ne va pas de soi selon les types d’activités (marchandes, industrielles, militaires, touristiques…) et selon les époques. Le rapport des sociétés urbaines à l’espace et aux activités portuaires a en effet pu varier d’intensité et de nature, d’autant que la longue période considérée permet d’envisager des phases de développement de l’activité maritime, de déclin et plus récemment de restructuration urbaine. Les quais sont à cet égard la ligne de contact entre ville et port qui portent le plus la trace ces transformations. Comment les sociétés urbaines ont elles au fil du temps représenté leur port et l’ouverture au monde qui en découle ? Nous entendons examiner ici représentations matérielles (Darstellung) et représentations mentales (Vorstellung), nous arrêter sur les images, les symboles et les imagi naires. Cette prospection se fera à partir de sources variées, tenant compte de l’histoire des supports techniques : œuvres artistiques et littéraires, sources émanant des pouvoirs politiques, administratifs, économiques, sources orales, écrites, photographiques, radiophoniques, cinématographiques, télévisuelles, numériques…

La ville portuaire est une ville ouverte sur le large sauf à de rares moments de crise. Le regard qu’elle porte sur elle -même est donc particulièrement tributaire des rapports qu’elle entretient avec l’extérieur, les autres peuples, les autres mondes. Elle est également l’objet de représentations externes, produites par ceux qui ne l’habitent pas mais la traversent sans y demeurer, ou l’imaginent sans la visiter. La ville portuaire soumise aux flux de populations projette par ailleurs un regard sur ceux qui arrivent et partent de son territoire, sur les mondes lointains avec lesquels elle échange. Ce construit mental, interne et externe s’alimente bien entendu à la réalité mais s’en détache aussi, les temporalités mentales ne sont souvent pas celles des faits et des processus inconscients sont à l’œuvre. Ces derniers peuvent conduire à une transformation de la réalité, c’est ainsi qu’apparaissent les mythes, à une occultation du réel ou encore à l’oubli. Nous examinerons ces représentations internes et externes et les comparerons dans le temps et dans l’espace. Ainsi apparaîtront sans doute des points communs et des différences entre cités portuaires et peut-être aussi des éléments d’identité urbaine."

Dans la même rubrique

Dernières brèves