Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Appel à contribution : Atelier proposé dans les IVe rencontres des études africaines en France (REAF) (<15/01/2016). « Situer les Afriques dans une histoire mondiale de l’alimentation : cuisines, consommation, commensalité, (Paris, Inalco, 5-7 juillet 2016)

samedi 19 décembre 2015, par Dominique Taurisson-Mouret

  • Institut National des Langues et Civilisations Orientales 65, rue des Grands Moulins, Paris, France (75013)

Cet atelier, proposé dans le cadre des IVe rencontres des études africaines en France (REAF) a pour objectif de rassembler des études ayant pour trait commun d’intégrer l’histoire de l’alimentation en Afrique – et dans les diasporas – aux dynamiques de l’histoire des mondialisations et de l’histoire connectée. Les contributions, portant sur une période large allant du début de la période moderne à nos jours, devront interroger la construction des goûts, des habitudes de consommation, des façons de manger et notamment de manger ensemble, en relation avec les échanges culturels et économiques entre régions d’Afrique, entre ces régions et les autres continents, et enfin entre ces régions et leurs diasporas. Les contributions pourront interroger autant les pratiques alimentaires elles-mêmes que les discours sur ces dernières émanant des sociétés africaines et des diasporas.

L’histoire de l’alimentation s’écrit de plus en plus de façon mondiale, mais la place des régions africaines dans cette historiographie reste bien en deçà du degré très fort de connexion entre histoire des pratiques alimentaires et mondialisation des échanges sur le continent. Le fait est assez étonnant lorsque l’on considère, en miroir, l’importance reconnue de la contribution africaine à l’élaboration des pratiques alimentaires modernes et contemporaines en dehors d’Afrique, et d’abord aux Amériques et en Europe. Au-delà de ces emprunts, les sociétés africaines et les diasporas ont elles-mêmes construit leurs pratiques alimentaires dans un contexte d’échanges mondialisés. Cette histoire reste largement à écrire.

La parution récente de Writing Food History. A Global Perspective (K. W. Claflin, P. Scholliers, dir., 2012) et son chapitre consacré à l’Afrique, rédigé par l’historien américain James C. McCann, sont venus confirmer les difficultés d’un dialogue entravé par la faiblesse de l’historiographie du fait alimentaire en Afrique, et en particulier en Afrique subsaharienne. Ce constat contraste avec le dynamisme des historiographies portant sur l’alimentation en Asie du Sud et en Extrême-Orient. Sur ces deux espaces s’écrit aujourd’hui une histoire dont l’objet principal est l’étude de la construction des identités nationales et transnationales par l’alimentation (K.J. Cwiertka, 2006 & 2008 ; K. Ray, T. Srinivas, 2012). En Inde notamment, on s’interroge sur l’influence de la mondialisation sur les goûts et la cuisine des classes moyennes, qui s’exprime à travers une codification et une standardisation accrue des pratiques alimentaires. Ces questionnements asiatiques devraient alimenter la réflexion sur l’histoire africaine, en particulier dans les zones d’interface ou dans les situations coloniales – qui ont, justement, beaucoup contribué à catégoriser les pratiques alimentaires et à les faire rentrer dans de nouveaux cadres de représentation.

L’objectif de ce panel est de rassembler des études ayant pour trait commun d’intégrer l’histoire de l’alimentation en Afrique – et dans les diasporas – aux dynamiques de l’histoire des mondialisations et de l’histoire connectée (un domaine sur lequel l’historiographie a accordé une large place à la question des circulations des plantes). Les contributions, portant sur une période large allant du début de la période moderne à nos jours, devront interroger la construction des goûts, des habitudes de consommation, des façons de manger et notamment de manger ensemble, en relation avec les échanges culturels et économiques entre régions d’Afrique, entre ces régions et les autres continents, et enfin entre ces régions et leurs diasporas. Les contributions pourront interroger autant les pratiques alimentaires elles-mêmes que les discours sur ces dernières émanant des sociétés africaines et des diasporas.

Conditions de soumission

1 / Dépôt des propositions individuelles de communications au sein des ateliers déjà sélectionnés jusqu’au 15 janvier 2016.

Cette soumission se fera en ligne sur le site http://reaf2016.sciencesconf.org/re...

2 / Consignes pour la rédaction des propositions de communications

Un résumé de 2500 signes maximum de votre projet de communication individuelle

le texte de 2500 signes maximum sera soumis au responsable de l’atelier qui sélectionnera ou non votre proposition. Le conseil scientifique validera cet atelier une fois qu’il sera complet et donnera une seconde chance à certaines propositions individuelles non retenues.

Vous ne soumettrez votre proposition qu’à un seul atelier (merci d’en indiquer le titre dans votre proposition)

Ce texte doit être rédigé directement sur le site mais vous le joindrez également au format Word en document attaché à partir du formulaire en ligne (voir rubrique « Soumettre une contribution »). Il n’est pas nécessaire d’inclure la liste des références bibliographiques citées dans le texte de 500 mots.

3 / Le 28 janvier 2016, les coordinateurs sélectionneront les 5 participants à leur atelier à partir des dépôts en ligne. Ils entreront leurs coordonnées, titres et résumés sur le site http://reaf2016.sciencesconf.org

4 / Le 4 février 2016, le Conseil Scientifique examinera et validera les projets d’ateliers et les résumés sélectionnés par les coordinateurs. Certaines des propositions de contributions individuelles non retenues par les coordinateurs d’ateliers seront sélectionnées pour des tables rondes initiées par le Conseil Scientifique.

5 / La mise en ligne de la liste et de la composition finale des ateliers aura lieu à la mi-février 2016.

Coordination scientifique

  • Dora De Lima, chercheuse associée au CHAM (Universidade Nova de Lisboa) et affiliée à l’IHMC-Paris 1
  • Thomas Guindeuil, secrétaire scientifique du Centre français des études éthiopiennes (CFEE) et chercheur associé à l’IMAF (UMR 8171)

Contact : drdelima57 chez gmail.com et t.guindeuil chez gmail.com

Dans la même rubrique

Dernières brèves