Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Appel à contribution pour la revue Histoire sociale / Social History : « Les dominions dans l’histoire »

jeudi 3 novembre 2016, par Dominique Taurisson-Mouret

Date limite de soumission : mercredi 30 novembre 2016

Les histoires politiques conventionnelles nous enseignent qu’entre 1867 et 1947, le Canada, l’Australie, la Nouvelle-Zélande (Aoteroa), l’Irlande (Eire), Terre-Neuve et l’Inde sont devenus des dominions, c’est-à-dire « des collectivités autonomes au sein de l’Empire britannique », selon une définition de 1926. Jusque dans les années 1980, le mot dominion s’est faufilé dans le vocabulaire de nombreux États et de nombreuses institutions, même s’il n’a jamais eu les mêmes connotations au Québec francophone qu’au Canada anglais. Ainsi, au Canada, les gens ont célébré le jour de la Confédération (le Dominion Day) ou protesté contre celui-ci, ont fait rapport au Bureau fédéral de la statistique (le Dominion Bureau of Statistics) ou déposé leur chèque de paye à la Banque Toronto-Dominion. L’archiviste fédéral (le Dominion Archivist) a quant à lui été chargé de préserver les traces de l’histoire du pays. Le Canada n’était pas seul. Dans tout l’Empire britannique, le mot dominion a évoqué les idées d’Empire, de propriété, d’ambition territoriale et de mainmise, et légitimé ces idées.

À l’approche du 150e anniversaire de la Confédération au Canada, Histoire sociale / Social History invite les historiennes et les historiens qui travaillent dans diverses aires nationales et géographiques à réévaluer les multiples histoires et significations de la notion de dominion autour du monde. Les essais pourraient attirer l’attention sur l’histoire du colonialisme ou de l’impérialisme, de la formation des États (y compris des États multinationaux), des peuples autochtones, de la représentation politique, des migrations, la nature genrée de l’État, de la racialisation, de la politique populaire et des multiples genres de propriété, et ce, du point de vue de l’histoire sociale. Les essais pourront porter aussi bien sur des lieux qui ont reçu officiellement l’appellation de dominion que sur les nombreuses parties de l’Empire britannique où cela n’a pas été le cas. Nous sommes ouverts aux démarches axées sur des endroits précis à l’intérieur de l’Empire ainsi qu’aux perspectives transnationales et comparatistes.

La date limite pour soumettre un article est le 30 novembre 2016.

Les personnes intéressées sont priées de communiquer à l’avance avec la revue. Nous invitons les auteures et les auteurs à prendre connaissance des directives aux auteurs sur le site Web de la revue et à nous faire parvenir leur article par voie électronique — de préférence sous forme de fichier Word joint à un courriel — à l’adresse suivante :

Histoire Sociale / Social History
Université d’Ottawa / University of Ottawa
55, av. Laurier Ave. E. DMS 9127

Ottawa, Ontario, K1N 6N5

Email : hssh chez uottawa.ca
Website : http://hssh.journals.yorku.ca

Rédacteurs invités : Adele Perry, Université du Manitoba, et Jarett Henderson, Université Mount

Call for Papers : « RoyalDominions of History »

Conventional political histories tell us that between 1867 and 1947 Canada, Australia, Aoteroa/New Zealand, Eire/Ireland, Newfoundland and India became “dominions,” described in 1926 as “autonomous communities within the British Empire.” Until the 1980s the language of Dominion was threaded through multiple state and institutions : In Canada, people celebrated and protested Dominion Day, reported to the Dominion Bureau of Statistics, and deposited their pay cheques at the Toronto Dominion Bank. The Dominion Archivist was tasked with preserving the record of the national history. Canada was not alone. Throughout Britain’s imperial realm, the language of Dominion evoked and legitimated ideas of Empire, property, and territorial ambition and control.

As we approach the 150th Anniversary of Confederation in Canada, Histoire Sociale / Social History invites historians working in diverse national and geographic fields to re-evaluate the multiple histories and meanings of dominion across the globe. Essays might engage histories of colonialism and/or imperialism, state-formation, Indigenous peoples, political representation, migration, the gendering of states, racialization, popular politics, and multiple kinds of property from a social history perspective. Essays can engage places that received the formal title of Dominion status and the many parts of the British Empire that did not. We are open to approaches that focus on specific locations in the imperial world and to transnational and comparative approaches.

The deadline for submissions is November 30, 2016.

Those interested are invited to contact the journal in advance. Authors are invited to visit the journal’s website for presentation guidelines and send their submissions in electronic format—an e-mail attachment in Word is preferred—the following address :

Histoire Sociale / Social History
Université d’Ottawa / University of Ottawa
55, av. Laurier Ave. E. DMS 9127

Ottawa, Ontario, K1N 6N5

Email : hssh chez uottawa.ca
Website : http://hssh.journals.yorku.ca

Guest Editors : Adele Perry, University of Manitoba and Jarett Henderson, Mount Royal University

Dans la même rubrique

Dernières brèves