Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Casa de Velázquez, atelier/formation, appel à contributions : Connaître, contrôler et gouverner. Stratégies des empires ibériques (1800-1936) (<1er/05/2012)

vendredi 27 avril 2012, par Dominique Taurisson-Mouret

Casa de Velázquez, atelier/formation, appel à contributions : Connaître, contrôler et gouverner. Stratégies des empires ibériques (1800-1936)

Madrid, 25–29 juin 2012 (limite : 1er mai 2012)

Coord. : CONSUELO NARANJO (CSIC, Madrid), STÉPHANE MICHONNEAU (EHEHI-Casa de Velázquez), MARTIN RODRIGO ALHARILLA (Institut Universitari d’Història Jaume Vicens Vives - Universitat Pompeu Fabra)
Org. : Instituto de Historia - Centro de Ciencias Humanas y Sociales - CSIC, Casa de Velázquez

Col. : Agence nationale de la recherche, Institut Universitari d’Història Jaume Vicens Vives - Universitat Pompeu Fabra

Résumé

Notre intention dans cet atelier est d’analyser les stratégies que les empires ibériques déployèrent au cours du XIXe siècle et au début du XXe siècle pour gouverner les colonies tout en les faisant varier en les adaptant. En pleine époque de l’impérialisme et passé la première guerre d’indépendance coloniale, la métropole espagnole adopta une série de mesures libérales à Cuba et Porto Rico. Peu avant, la création d’un Ministère d’outre-mer en tant qu’organe autonome d’administration mit en évidence l’intérêt renouvelé pour la gestion des territoires coloniaux. La création de partis politiques et l’incorporation des Antilles au système parlementaire métropolitain constituent des changements fondamentaux sur lesquels nous devrons nous pencher.

Présentation

L’administration et le gouvernement des colonies requit la connaissance et le contrôle des territoires de manière continue. Connaître pour contrôler et ainsi pouvoir adapter la politique coloniale aux nécessités métropolitaines et aux demandes coloniales forment un même mécanisme où métropole et colonies furent également impliquées. Il importe de connaître pour cela et d’analyser la période des Lumières dans la mesure où de la configuration idéologique et philosophique qui la caractérise - et l’élan réformiste qui en résulta en Espagne et dans l’outre-mer - surgirent des manières différentes de concevoir l’autorité et les pratiques administratives. Ainsi, le réformisme espagnol est l’expression de Lumières « par le haut » jouissant d’un soutien social faible.

En second lieu, il s’agit de s’intéresser aux instruments dont les gouvernements métropolitains se servirent pour construire un savoir précis des colonies, de leurs populations, des ressources naturelles, des plantes et des animaux, etc. Les expéditions scientifiques, les recensements de population, les cadastres furent quelques-uns des outils utilisés dans ce but. Ces connaissances furent de grande utilité pour concevoir et appliquer les politiques coloniales.

Notre intention dans cet atelier est d’analyser les stratégies que les empires ibériques déployèrent au cours du XIXe siècle et au début du XXe siècle pour gouverner les colonies tout en les faisant varier en les adaptant. En pleine époque de l’impérialisme et passé la première guerre d’indépendance coloniale, la métropole espagnole adopta une série de mesures libérales à Cuba et Porto Rico. Peu avant, la création d’un Ministère d’outre-mer en tant qu’organe autonome d’administration mit en évidence l’intérêt renouvelé pour la gestion des territoires coloniaux. La création de partis politiques et l’incorporation des Antilles au système parlementaire métropolitain constituent des changements fondametaux sur lesquels nous devrons nous pencher.

Un dernier aspect consistera en l’étude de l’évolution du système de la fiscalité publique des colonies, un élément essentiel qui révèle la nature des relations coloniales. On abordera l’histoire des instruments fiscaux mis en œuvre par la métropole pour drainer les ressources générées par l’activité économique des colonies, et leur évolution selon les différentes réformes fiscales. Les transformations de la fiscalité et des rentes publiques aux Antilles s’inscrivent évidemment dans le cadre de la mutation du système de la plantation esclavagiste.

Organisation de l’atelier

La semaine d’étude accueille des spécialistes des thématiques coloniales. Elle s’adresse à un public divers : chercheurs, étudiants doctorants ou post-doctorants, professeurs de l’enseignement secondaire. Un maximum de 20 candidats sera sélectionné. Le programme comprend des conférences méthodologiques et historiographiques données par les formateurs, des ateliers pratiques en archives et en bibliothèques, des présentations du travail de recherche des jeunes chercheurs qui seront discutés entre tous. L’atelier aura lieu en castillan, exceptionnellement en anglais, en portugais ou en français.

Axes de travail

  • Du réformisme des Bourbons à la perte des colonies : les nouvelles institutions coloniales.
  • Connaître les colonies : la collecte d’information sur les territoires et les populations.
  • Organiser l’empire : bureaucratie, ministères et agents administratifs.
  • La politique économique et fiscale : analyse des relations coloniales à la lumière des intérêts économiques des élites métropolitaines coloniales.

Formateurs

  • Mª Dolores González-Ripoll Navarro (Instituto de Historia-CCHS, CSIC)
  • Consuelo Naranjo Orovio (Instituto de Historia-CCHS, CSIC)
  • Jean-Philippe Luis (Université de Clermont-Ferrand)
  • Miguel Rodriguez (Université Paris I)
  • Josep Maria Delgado (Universitat Pompeu Fabra)
  • Martín Rodrigo Alharilla (Universitat Pompeu Fabra)
  • Stéphane Michonneau (EHEHI-Casa de Velázquez)

Conditions pratiques

Les organisateurs assurent l’hébergement, en chambre double et en demi-pension à la Casa de Velázquez. L’hébergement ne peut être assuré pour la nuit du 28 juin.

Les déplacements sont à la charge des participants.

Quatre bourses d’aide d’un montant de 300 € seront délivrées uniquement à des étudiants inscrits dans un établissement d’enseignement supérieur du Maghreb ou d’Amérique latine.

Dernier jour pour l’inscription : 1er mai 2012 (avant minuit)

Accéder au formulaire d’inscription : http://www.casadevelazquez.org/rech...

Programme provisoire

25 juin, CCHS

  • Matin : Ouverture et 2 conférences (thème 1)
  • Après-midi : Conférence de Mª Dolores Elizalde et séance de travail à la bibliothèque Tomás Navarro Tomás.

26 juin, Casa de Velázquez

  • Matin : 3 conférences (thème 2)
  • Après-midi : Présentations des participants

27 juin, Casa de Velázquez

  • Matin : 3 conférences (thème 3 et 4)
  • Après-midi : Présentations des participants

28 juin, Archivo Historico Nacional (Madrid)

  • Matin : Séance de travail a l’Archivo Histórico Nacional animée par Inés Roldán

Présentations des participants

Contact

Stéphane Michonneau - stephane.michonneau chez cvz.es - Casa de Velázquez, Ciudad Universitaria, C/Paul Guinard, 3, 28040 Madrid - Casa de Velazquez

Tout l’agenda

Dans la même rubrique

Dernières brèves