Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Colloque : « Afrique du Nord et Afrique subsaharienne dans la grande guerre 1914-1918 » (Paris, 12-14/09/2016)

lundi 25 juillet 2016, par Dominique Taurisson-Mouret

Lieux du colloque :

  • Archives nationales, 59 Rue Guynemer, Pierrefitte-sur-Seine, France (93380)
  • Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux, Rue Lazare Ponticelli, Meaux, France (77100)
  • Ossuaire de Douaumont, Douaumont, France (55)
  • Musée de l’Armée, hôtel des Invalides, 129 Rue de Grenelle, Paris, France (75007)
    PDF - 137.6 ko
    Présentation, programme, inscriptions

    Un siècle s’est écoulé depuis le déclenchement de la Grande Guerre, qui, en 52 mois, a laissé derrière elle 18 millions de morts, autant de blessés et des dizaines de millions survivants, dont les derniers sont aujourd’hui décédés. Ce cataclysme imprévisible dans l’histoire du monde, associé à une dimension pour la première fois proprement mondiale, des pertes matérielles considérables et un véritable traumatisme moral, spirituel et intellectuel, hante l’esprit du monde entier. Il n’a pas empêché l’enchaînement infernal qui, une génération plus tard, allait précipiter le monde dans la Seconde Guerre mondiale.

En ce début du XXIe siècle, le retour de la crise économique et la montée des tensions au Moyen-Orient incitent penseurs et historiens à revenir sur ce drame fondateur du siècle précédent :

Comment est il-né ? Comment a-t-il changé la face du monde ? Comment les peuples l’ont-ils vécu, et le cas échéant, quelles leçons en ont-ils tirées ?

Depuis le lancement, en 2014, des commémorations du Centenaire, en France et à l’étranger, de nombreuses initiatives voient le jour pour renouveler notre regard sur ces questions et réfléchir aux conditions de la transmission et de la pérennisation de la mémoire de cet événement hors du commun. Parmi les nombreux champs visés, on ne saurait négliger la place des peuples du monde dans cette Grande guerre, et parmi ceux-ci la contribution militaire et laborieuse des peuples coloniaux, mobilisés à cette fin par centaines de milliers d’hommes. Dans le cas de l’empire français, l’Armée d’Afrique et les troupes coloniales ont donné un rôle de premier plan aux pays d’Afrique du Nord et d’Afrique subsaharienne, dont les soldats ont été progressivement employés et utilisés par centaines de milliers, afin de soutenir une armée française saignée à blanc.

Parrains d’honneur

  • M. Stéphane AUDOIN ROUZEAU, Historien, directeur d’études à l’EHESS, Président du Centre international de l’Historial de la Grande Guerre de Péronne (Somme). Il est l’auteur de multiples ouvrages sur la Guerre de 14-18 dont l’un des derniers est 1914-1918, La violence de la guerre, Paris, Gallimard, 2014
  • M. Jean Pierre CHRÉTIEN, Directeur de recherches émérite du CNRS, est l’auteur de nombreux ouvrages sur l’Histoire de l’Afrique orientale (notamment de l’Afrique des Grands lacs) aux XIXe et XXe siècles, la Colonisation allemande (fin XIXe s.-début XXe s.), l’Histoire du Burundi dans la longue durée
  • M. Marc MICHEL, Historien Professeur émérite à l’Université de Provence spécialiste médiatisé de la Grande Guerre. Il est l’auteur de nombreux ouvrages et articles, dont par exemple L’Afrique dans l’engrenage de la grande guerre (1914-1918), Paris Karthala, 2013

Comité scientifique

M. David GUILLET, directeur adjoint du Musée de l’Armée, Paris
M. Alain ARTISSON, directeur Mission centenaire, au conseil départemental Meuse
M. Michel ROUGER, Directeur du Musée de la grande guerre de Meaux
Mme Clotilde HOUOT, doctorante Paris 1 et Oxford
M. Louis BLIN, vice consul à Djeddah, conseiller aux MAE (orient), Docteur en Histoire
M. Philippe PETRIAT, Maitre de conférence en Histoire, Paris 1 Panthéon Sorbonne
Mme Alya AGLAN, professeur d’histoire, Paris 1 Panthéon Sorbonne
M. Pierre VERMEREN, professeur d’histoire, Paris 1 Panthéon Sorbonne

Organisation

Manifestations organisée par l’UMR SIRICE et l’ Université Paris 1- Panthéon-Sorbonne (Alya Aglan, Pierre Vermeren), les Archives nationales (Jean-Pierre Bat, Isabelle Chave, Françoise Lemaire), Marina Lafay, le musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux (Elena Le Gall, Anne Pageot), le musée de l’Armée (François Lagrange) et Paul Nicolas.

En partenariat avec la chaire Maghreb de Paris 1, l’Institut des mondes africains, l’Institut de recherche sur le Maghreb contemporain, le centre Jacques-Berque, les directeurs des Archives nationales en Afrique, la société des amis du musée de la Grande Guerre, l’Ossuaire de Douaumont, l’Association des professeurs d’histoire et de géographie, RFI, le réseau Canopé.

Avec le soutien du ministère des Affaires étrangères et du Développement international, des ambassades de France à Alger et au Maroc, du ministère de la Défense, de l’Office national des Anciens Combattants et Victimes de guerre, de la Mission du Centenaire de la Grande Guerre, de l’Agence universitaire de la francophonie, de la Région Île-de-France, du Conseil départemental de la Meuse.

Programme

Lundi 12 septembre 2016

Faire mémoire Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine. Dans le grand auditorium

9 h 00 — Accueil des participants
9 h 15 — Allocutions :
Hervé Lemoine, directeur des Archives de France
Pierre Vermeren, professeur d’histoire contemporaine, université Paris 1 Panthéon Sorbonne
Alya Aglan, professeur d’histoire contemporaine, université Paris 1 Paris 1 Panthéon Sorbonne
Serge Barcellini, président du Souvenir français
10 h 15— Synthèse historiographique sur l’implication des tirailleurs dans la guerre 1914-1918, par Julie D’ANDURAIN, chargée de cours en Histoire du monde arabe contemporain XIXe-XXe s., Université de Paris 1 Panthéon Sorbonne
10 h 40 — Quels projets sur la mémoire des troupes d’Afrique dans le cadre du Centenaire ? Panorama 2014-2016 des projets labellisés, par Alexandre LAFON, directeur adjoint de la Mission du Centenaire 14-18
11h00 Débat
11 h 15 — La Grande Guerre dans les manuels scolaires de la Tunisie indépendante, par le professeur Hedi JELLAB, directeur des Archives nationales de Tunisie
11 h 40 — La participation des Marocains à la Grande Guerre : un choc avec l’altérité, par Jamaâ BAIDA, directeur des Archives du Maroc
12 h 05 — La mémoire en Algérie de l’implication dans la Grande Guerre, par le directeur des Archives nationales d’Algérie (en attente de confirmation)

12 h 30 Déjeuner et projection en accès libre à partir de 13 h 15 : La Mission militaire française au Hedjaz (1916-1918), film-documentaire de 35’ de P. Pétriat et L. Blin

14 h 00 — Tirailleurs sénégalais et grippe espagnole de 1918 : apport des sources conservées aux Archives du Sénégal, par Saliou MBAYE, Professeur Titulaire des Universités (UCAD/EBAD), ancien Directeur des Archives du Sénégal
14 h 30 — Les combattants africains dans les dossiers de l’Office national des anciens combattants et des victimes de guerre aux Archives nationales, par Michèle CONCHON, conservateur en chef, responsable du pôle Première Guerre mondiale aux Archives nationales
14 h 50 — Du protectorat allemand au protectorat français : le Cameroun en 1917-1918 (histoire, paysages, ethnies), à travers les photos de Frédéric GADMER, opérateur de la section photographique et cinématographique de l’Armée, par Véronique GOLOUBINOFF, responsable de collections, fonds Première guerre mondiale, Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense
15h20 Débat
15 h 30 — La représentation de l’implication des troupes d’Afrique dans la production cinématographique de 1914 à 1918, par Laurent VÉRAY, professeur en études cinématographiques à l’université Sorbonne Nouvelle, président de la Cinémathèque universitaire
16 h 00 — Une nouvelle muséographie pour le Musée de l’Armée, par le lieutenant-colonel Christophe BERTRAND, conservateur du département des Deux Guerres mondiales, Musée de l’Armée

Musée de l’Armée, hôtel des Invalides, Paris (sur invitation)

17 h 30 – 19 h 00 — Accueil et découverte des tombeaux liés au souvenir de 14-18 dans le Dôme des Invalides — Cocktail offert par l’ONAC-VG

Mardi 13 septembre 2016

Transmettre Musée de la Grande Guerre du Pays de Meaux. Dans l’auditorium du Musée

9 h 30 — Accueil des participants
10 h 00 — Ouverture de la journée : par Pierre VERMEREN et Michel ROUGER
10 h 15 — L’objet comme vecteur de mémoire :
La constitution d’une collection 14/18 sur la question des troupes d’Afrique, par Jean-Pierre VERNEY
Le musée comme vecteur de mémoire : à partir de l’objet, proposer une visite immersive, par Michel ROUGER, directeur du Musée de la Grande Guerre de Meaux
10h45 — Le froid et les troupes indigènes : découverte, adaptation, représentations, par Julien Fargettas, Directeur ONAC-VG de la Marne, chercheur associé CHERPA - Sciences Po Aix
11 h 10 — Muséographier pour transmettre : visite commentée du musée, avec focus sur la place des troupes africaines dans la muséographie, par Michel ROUGER, Elena LE GALL et Johanne BERLEMONT

12 h 30 – 13h30 Le repas de la roulante 14/18 proposé par l’Association Mémoire de Poilus (sur inscription)

13 h 30 — Le projet « La Force noire » pour le 150e anniversaire de la création des tirailleurs sénégalais : programme scientifique, expositions itinérantes en Europe et en Afrique, salle du musée des Forces armées de Bamako, par Eric DEROO, chercheur associé au CNRS
14 h 00 — La préservation et la transmission du patrimoine de tradition des troupes indigènes dans l’armée française, par le lieutenant-colonel Antoine CHAMPEAUX, adjoint du général délégué au patrimoine de l’armée de Terre
14 h 30 — Quelles actions sont menées aujourd’hui en Afrique du Nord dans le domaine de la patrimonialisation de la Grande Guerre ? Table ronde animée par Pierre VERMEREN, avec la participation des historiens du Maghreb suivants :
Faysal CHERIF : « Mémoire enfouie, mémoire ressuscitée : le rôle du 4e et du 8e régiment des tirailleurs tunisiens lors de la bataille de Verdun »
Khaled ABID : Tirailleurs sénégalais et nord-africains à Bizerte au lendemain de la Grande Guerre : le choc d’une rencontre « imposée
Mohammed HATMI : Cette guerre est aussi la nôtre
Mohammed KENBIB : Guerre 1914-1918, guerre 1939-1945 et guerre d’Indochine : le recrutement des goumiers et des tirailleurs
Amar MOHAND AMER : Se souvenir de l’Armée d’Afrique à travers les associations de rapatriés d’Afrique du Nord
15 h 45 — Les développements pédagogiques autour des fonds photographiques spécialisés du Musée d’histoire contemporaine par Céline LÈBRE, responsable pédagogique, Bibliothèque de documentation internationale contemporaine (BDIC)
16 h 15 — La Grande Guerre à travers la musique, par Karine LETHIEC, Ensemble Calliopée

Transfert (cars) pour Verdun

Mercredi 14 septembre 2016

Commémorer

9 h 00 Visites commentées du monument de la Victoire à Verdun, du fort et de l’ossuaire de Douaumont
12h00 Déjeuner (sur inscription)

Sessions à l’auditorium de l’Ossuaire de Douaumont (140 places), Verdun

14 h 00 — L’Office national des Anciens Combattants et Victimes de guerre : 100 ans de soutien de la mémoire combattante et de préservation des lieux de mémoire (titre provisoire), par un représentant(e) de l’ONACVG
14 h 30 — Commémorer 1914-1918 d’une génération à l’autre : l’exemple de la contribution des associations mémorielles communautaires de Seine-Saint-Denis, par Laurence HADJ-BOAZA, directrice du service départemental de la Seine-Saint-Denis de l’ONACVG, avec la participation de l’Association pour la mémoire des tirailleurs comoriens
15 h 00 — L’implication du Département de la Meuse dans la commémoration de la bataille de Verdun et dans la valorisation des lieux de mémoire, par le colonel Alain ARTISSON, conseiller Mémoire au Conseil départemental de la Meuse
15h45 Transfert en cars vers Paris, Cocktail de clôture du colloque, Université Paris I Panthéon Sorbonne (sur invitation)
19 h 30 – 20 h 30 Discours protocolaires et bilan de la manifestation du Président de l’Université, Georges Haddad

Conditions d’inscription : Entrée libre, dans la limite des places disponibles, sur inscription avant le 20 juillet 2016.

L’inscription au colloque vaut pour les trois jours (le signaler, sinon, au contact ci-dessous).

Forfait repas et transport

Une participation aux frais est exigée pour les transports en car et pour les déjeuners des jours 2 (Meaux) et 3 (Verdun), partagés avec les intervenants et organisateurs.

  • Tarif tous publics : 45 euros
  • Tarif étudiants et doctorants (*) : 35 euros

(*) sur justificatif adressé par mail ou courrier

Les auditeurs hors forfait trouveront des offres de restauration aux Archives nationales (jour 1) et au musée de la Grande Guerre (jour 2) ou à proximité, et dans le centre-ville de Verdun (jour 3). L’hébergement reste à la charge des participants (tarif négocié à Verdun, voir Marina Lafay infra).

Informations, inscription et modalités de règlement : Marina Lafay, coordinatrice du colloque : colloque19141918 chez gmail.com

Dans la même rubrique

Dernières brèves