Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Colloque : « Quels citoyens pour l’empire ? La citoyenneté française à l’épreuve de l’empire dans la première moitié du XXe siècle » (Paris, 8-9/12/2016 ; Conférence inaugurale de P. Stovall, le 7/12/2016)

lundi 21 novembre 2016, par Dominique Taurisson-Mouret

Jeudi 8 décembre 2016, 9h-18h, Université Paris Nanterre, Bâtiment V, rez-de-chaussée, amphi V1

Vendredi 9 décembre 2016, 9h-18h, Archives nationales, site de, Pierrefitte-sur-Seine

CONTACT : quelscitoyens chez gmail.com

Voir l’appel à communication

Mercredi 7 décembre, 18 h – 20 h

Conférence inaugurale de Tyler Stovall (Université de Californie, Santa Cruz) : « Refaire la classe ouvrière : exclusions de race et de genre et citoyenneté au lendemain de la première guerre mondiale »

Introduction par Danielle Tartakowsky, professeure d’histoire contemporaine et ancienne présidente de l’Université Paris 8.

Mairie de Saint-Denis (salle des mariages), 2 Place du Caquet, 93200 Saint-Denis (Métro Basilique de Saint-Denis)

Les dimensions impériales de la citoyenneté française sont à la fois bien et mal connues. Le statut de sujet français a été réintroduit en Algérie en 1865, puis étendu à la plupart des colonies. À partir de 1881, les dispositifs de l’indigénat l’ont frappé d’infamie et en pratique grevé de contraintes (impôts, travail forcé) qui se sont alourdies jusqu’à son abolition immédiate et sans condition en 1946, à la demande des députés d’outre-mer de la première assemblée constituante. Sans être complètement exclu, l’accès des sujets coloniaux à la citoyenneté a été individuel et soumis à des procédures qui laissaient toute latitude aux administrations coloniales locales pour bloquer les dossiers qu’elles estimaient indésirables. Si cette logique d’ensemble est connue, ses modalités exactes restent à étudier. Entre l’abolition de l’esclavage en 1848 et à la généralisation de la citoyenneté en 1946, la première moitié du XXe siècle constitue un moment significatif de l’histoire de la citoyenneté française à l’épreuve de l’empire colonial. La possibilité de passer du statut de sujet à celui de citoyen, qui a pour fonction de délimiter concrètement ces deux statuts, est organisée ou réorganisée au début du XXe siècle et cette évolution est précipitée et transformée de façon ambivalente par la première guerre mondiale. Pour quels acteurs la citoyenneté est-elle alors un enjeu dans le cadre impérial ? Comment se transforme-t-elle ? Dans quelle mesure peut-on parler d’une racialisation de la citoyenneté française à l’épreuve de la colonisation ? Quels débats soulève-t-elle et quelles en sont les conséquences à moyen et à long terme ? Enfin, quels points de comparaison avec d’autres empires coloniaux peut-on mobiliser pour éclairer les évolutions françaises de la première moitié du XXe siècle.

PROGRAMME

JEUDI 8 DÉCEMBRE 2016, Université Paris Nanterre

MATINÉE : Présidente de séance : Silyane Larcher (CNRS, URMIS)

Devenir citoyen : stratégies d’acteurs, logiques institutionnelles I

Discutant : Emmanuel Blanchard (U. Versailles-Saint Quentin, CESDIP)

  • Larissa Kopytoff (NYU), « Citizenship, unresolved ? Debating the Blaise Diagne Laws in Senegal’s 4 Communes »
  • Simon Imbert-Viert (U. Aix-Marseille), « Devenir citoyen français en Côte française des Somalis : manipuler des catégories »
  • Alvine Henriette Assembe Ndi (U. Yaoundé I), « L’octroi du statut de citoyen français aux collaborateurs loyaux : une stratégie utilisée au Cameroun sous-mandat français »

Devenir citoyen : stratégies d’acteurs, logiques institutionnelles II

Discutante : Emmanuelle Sibeud (U. Paris 8, IDHES)

  • Francis Simonis (Aix Marseille Université, IMAF), « Quand l’indigène devient citoyen : l’affaire Courapied-Cissoko, Soudan français, décembre 1947 »
  • Sarah Rahouadj (Aix Marseille Université, CERHIIP), « L’importance du critère de moralité et d’attachement à la cause française dans les demandes d’accès à la citoyenneté française des indigènes de l’Afrique Équatoriale Française »
  • Yamina Bettahar (U. de Lorraine, Laboratoire des archives Henri Poincaré), « Les étudiants algériens musulmans à l’épreuve de la citoyenneté française, XIXe – XXe siècle »

APRÈS-MIDI : Président de séance : Tyler Stovall (University of California, Santa Cruz)

Conscription sans citoyenneté

Discutante : Claire Fredj (U. Paris Nanterre, IDHES)

  • Pascale Forestier (U. Lille 3), « Les vieilles colonies face au service militaire : une citoyenneté incomplète à la veille de la Première Guerre mondiale ? »
  • Donal Hassett (European University Institute), « ‘N’oubliez pas surtout qu’ils ont sauvé la France’- Colonial Veterans of the Great War and the Drive for Imperial Citizenship »
  • Julie Le Gac (U. Paris I, SIRICE), « L’Algérie pendant la Seconde Guerre mondiale : une nation en armes sans citoyens ? »

Aux frontières de la citoyenneté

Discutante : Audrey Célestine (U. Lille 3, CECILLE)

  • Isabelle Merle (CNRS, CREDO), « Vous avez dit démocratie ? L’extension des droits de citoyens en Océanie française. Enjeux, pratiques et limites »
  • Tim Roberts (West Illinois University), « Assimilation in Republican Empires :U.S. and French Policies of Citizenship in the Late Nineteenth Century »

VENDREDI 9 DÉCEMBRE 2016, Archives nationales-Pierrefitte-sur-Seine

MATINÉE : Présidente de séance : Françoise Lemaire (Archives nationales)

Les leurres de la citoyenneté

Discutant : Anton Perdoncin (IDHES, ENS, CMH)

  • Marie-Christine Touchelay (U. Paris-Nord), « Citoyenneté et vieille colonie : un leurre ? L’exemple de la Guadeloupe, 1943-1946 »
  • Christine Chivallon (CNRS, LAM), « Quels citoyens pour l’empire ? La citoyenneté française à l’épreuve de la colonisation dans la première moitié du XXe siècle »
  • Ricciardi Ferrucio (CNRS, LISE-CNAM), « Le travail indigène, ou la citoyenneté par le travail sous contrainte (entre-deux guerres) »

Logiques d’exclusion

Discutant : Sylvain Pattieu (Paris 8, EA 1571)

  • Lorelle D. Semley (College of the Holy Cross, Worcester AC), « Engendering Black Citizenship during French Empire »
  • Koen Docter (European University Institute), « The French Colonial Empire : a ‘Muslim nation’ without Muslim citizens ? »
  • Rose Ndengue (U. Paris-Diderot, CESSMA), « Le Combat de l’ASSOFECAM : une remise en cause des fondements racialiste et sexué de la citoyenneté impériale française »

APRÈS-MIDI : Présidente de séance : Pascale Barthélémy (ENS, LAHRA)

Genre et citoyenneté à l’épreuve de la colonisation

Discutante : Sarah Fila-Bakabadio (Université de Cergy-Pontoise, Mondes américains)

  • Jennifer Boittin (Pennsylvania State University), « Gendering Imperial Citizenship in the Late Third Republic »
  • Delphine Gardey (U. de Genève, Institut des Études genre), « Quel.le représentant.e. pour quelle République ? Colonialité et genre de la représentation parlementaire française jusqu’en 1946 »
  • Magali Della Sudda (CNRS, Centre Emile Durkheim), « Quelles citoyennes pour l’empire ? La citoyenneté au prisme du genre dans l’Empire colonial français »

Une citoyenneté par degré

Discutant : Abdellali Hajjat (U. Paris Nanterre, ISP)

  • Nicolas Flamen (U. Montpellier, Dynamiques du droit), « Les colons, des citoyens majorés »
  • Guillaume Wadia (Harvard University), « La citoyenneté dégradée : l’état de siège au Maroc, 1914-1956 »
  • Austin Cooper (University of Pennsylvania), « Colonial Citizenship and Public Assistance for North Africans in the Metropole (1925-1945) »

Organisateurs :Claire Fredj (U. Paris Nanterre, IDHES) ; Sylvain Pattieu (U. Paris 8, EA 1571) ; Emmanuelle Sibeud (U. Paris 8, IDHES)

Comité scientifique : Audrey Célestine(U. de Lille, CECILLE) ; Alice Conklin (Ohio State University) ; Frederick Cooper (New York University) ; Mamadou Diouf (Columbia University – Science Po) ; Sarah Fila-Bakabadio (Université de Cergy-Pontoise, Mondes américains) ; Claire Fredj (U. Paris Nanterre, IDHES) ; Françoise Lemaire (Archives nationales) ; Marie-Anne Matard-Bonucci (U. Paris 8, EA 1571) ; Sylvain Pattieu (U. Paris 8, EA 1571) ; Emmanuelle Sibeud (U. Paris 8, IDHES) ; Tyler Stovall (University of California, Santa Cruz).

Dans la même rubrique

Dernières brèves