Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Colloque de la Société d’Histoire de la Guadeloupe : « Les occupations anglaises de la Guadeloupe », (Campus de Saint-Claude, 8-9/12/2016)

mardi 29 novembre 2016, par Dominique Taurisson-Mouret

Colloque organisé en partenariat avec l’Université des Antilles (D. P. L. S. H) ; avec le soutien du Conseil départemental, du Conseil Régional de la Guadeloupe et de la direction de l’Action Culturelle

PDF - 276.5 ko
Programme

« Dès le XVIIe siècle les Britanniques que l’on désigne généralement sous le nom d’Anglais sont apparus comme des concurrents dans la colonisation des Antilles face aux Français.
La Guadeloupe, la plus importante des Petites Antilles fut l’objet de leur convoitise pour sa capacité à produire des denrées coloniales, sucre et rhum d’abord, puis le café à partir de 1720.
Chaque conflit en Europe eut des conséquences dans nos îles et à chaque fois la Guadeloupe se trouva confrontée à l’attaque des Anglais.
Si au XVIIe siècle (1666 naufrage de l’escadre anglaise aux Saintes et 1691) et au début du XVIIIe siècle (1703) celles-ci se soldèrent par un échec car les forces en présence étaient équivalentes, plus tard, les Anglais occupèrent la Guadeloupe et à trois reprises, ils s’y implantèrent plus ou moins durablement :

  • De 1759 à 1763, durant la guerre de Sept Ans,
  • En 1794, d’avril à juin, peu avant la première abolition de l’esclavage,
  • Enfin, de 1810 à 1816, sous l’Empire et les Cent-Jours.

Dans ce contexte, la période révolutionnaire et celle qui suit avec l’installation de l’Empire sont particulièrement importante du fait de la résistance de la Guadeloupe alors que la Martinique était occupée.
Les conséquences économiques et sociales marquées par les différences de développement furent fortement ressenties par les populations des deux îles et éclairent la différence de comportement lors des Cent Jours. La Guadeloupe résistant à la pression britannique alors que la Martinique acceptait et même se mettait sous sa protection.

Alors que les autres aspects de l’histoire de la Guadeloupe et des Antilles françaises en général sont de mieux en mieux étudiés, ces périodes particulières marquées par les occupations anglaises qui ont marqué le cours de l’histoire de notre île, ont souvent été négligées.

En juillet 1816, la Guadeloupe fut définitivement restituée à la France. Afin de commémorer le bicentenaire de la fin de cette occupation, la Société d’histoire de la Guadeloupe organise un colloque sur ce thème totalement inédit ; l’enjeu principal étant de prendre la mesure de la place de ces occupations anglaises dans l’histoire de la Guadeloupe, sur le plan militaire, économique, social… »

Durant deux jours, une douzaine de chercheurs, historiens, universitaires, venus de la Martinique de la France et des Etats-Unis échangeront sur ce thème.

La langue de communication du colloque sera le français et les actes du colloque seront publiés immédiatement après la fin du colloque.

Dans la même rubrique

Dernières brèves