Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Colloque du centenaire Edmond Charlot (1915-2004) (Montpellier - Pézenas (France) - Médiathèque Emile Zola et université Montpellier 3 - Théâtre municipal Pézenas)

jeudi 25 juin 2015, par Dominique Taurisson-Mouret

Fondateur d’une librairie à l’enseigne des Vraies Richesses, Edmond Charlot est d’abord connu pour avoir été, à Alger et dès 1936 l’éditeur, parfois le « découvreur », de nombreux écrivains locaux, d’Albert Camus à Emmanuel Roblès et Taos Amrouche, déplacés (Gide, Soupault,…) ou vivant loin du Maghreb (E. Bove, A. Cossery...). Son catalogue, riche de près de 300 titres et d’une dizaine de collections, témoigne à la fois de son attachement constant à la Méditerranée, d’un engagement aux côtés de la France Libre, puis des Libéraux d’Algérie, mais aussi des difficultés à faire dialoguer, en contexte colonial, les jeunes écrivains et artistes d’Algérie et l’intelligentsia française. Jusqu’à la fin de la guerre, en dépit des difficultés, Edmond Charlot a également animé des galeries de peinture qui révélèrent les artistes les plus novatrices de la peinture algérienne et les encouragèrent à persévérer. Par ses activités à la radio, où s’exprimèrent aussi nombre de ses auteurs, il a contribué à sortir Alger de la léthargie culturelle dans laquelle les Algérianistes maintenaient la Colonie. Mais Edmond Charlot fut aussi, après la destruction de sa librairie par l’OAS, un acteur important de la coopération entre la France et l’Algérie, puis en Turquie et au Maroc, et jusqu’en France : à Pèzenas, où il avait établi sa retraite, il avait créé l’association Méditerranée Vivante et renoué des liens entre les deux rives. Charlot libraire, éditeur de la France libre, découvreur de nouveaux talents ; Charlot galeriste et Charlot homme de radio ; Charlot animateur et passeur de cultures, voilà les différentes facettes que souhaite mettre en évidence le colloque du centenaire, co-organisé à Montpellier et à Pézenas par le réseau des médiathèques de la métropole montpelliéraine, l’association Méditerranée Vivante et l’Université Paul Valéry-Montpellier 3.

Dans la même rubrique

Dernières brèves