Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Conférence de Klara Boyer-Rossol : « Histoire et Mémoires des Makoa à l’Ouest de Mada­gas­car » (Paris, Musée du Quai Branly, 3/11/2016)

jeudi 6 octobre 2016, par Dominique Taurisson-Mouret

  • Paris, Musée du Quai Branly, Atelier n°1, 18h00

Au cours du XIXe siècle, plusieurs centaines de milliers de captifs ont été dépor­tés de l’Afrique orien­tale à Mada­gas­car, où ils ont été loca­le­ment asser­vis. Les « Masom­bika » ou « Makoa » appa­rais­saient à la Grande Île comme le seul groupe d’es­claves issu de la traite exté­rieure. Sur la côte Ouest, des habi­tants conti­nuent de trans­mettre le souve­nir de leurs ancêtres venus « d’au-delà des mers ». En se basant sur un croi­se­ment de sources orales et écrites, on se propose de retra­cer des trajec­toires d’an­ciens esclaves makoa, de l’in­té­rieur du conti­nent afri­cain jusqu’à Mada­gas­car. D’autres sources ont apporté des indi­ca­tions précieuses sur la construc­tion d’une ances­tra­lité makoa, comme les tombeaux fami­liaux ou encore les gestes rituels.

K. Boyer-Rossol est docteure en Histoire de l’Afrique (Univer­sité Paris 7 Denis Dide­rot), ses recherches portent sur les Makoa à l’Ouest de Mada­gas­car, des descen­dants d’es­claves dépor­tés au cours du XIXe siècle du Mozam­bique à la Grande Île. Lauréate du prix de thèse 2015 du Comité Natio­nal pour la Mémoire et l’His­toire de l’Es­cla­vage (CNMHE), K. Boyer-Rossol a parti­cipé à plusieurs ouvrages (Mada­gas­car et l’Afrique, Karthala, 2007  ; Les traites et les escla­vages. Pers­pec­tives histo­riques et contem­po­raines, Karthala, 2010) et prépare actuel­le­ment le livre qui sera issu de sa thèse.

Dans la même rubrique

Dernières brèves