Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Conférence des Professeurs Javier Pérez Siller (Instituto de Ciencias Sociales y Humanidades de Puebla, Mexique) et Jean-Marie Lassus (université de Nantes) : Les Français au Mexique, XVIIIe-XXIe siècles (Paris Sorbonne, 17/03/2015)

lundi 16 mars 2015, par Dominique Taurisson-Mouret

- Conférence organisée par l’Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, la Chaire des Amériques et le Centre de Recherches d’Histoire Nord-Américaine

  • le mardi 17 mars de 16h à 18h dans l’amphithéâtre Turgot (17 rue de la Sorbonne)
  • Entrée libre

Javier Pérez Siller (Instituto de Ciencias Sociales y Humanidades de Puebla, Mexique) et Jean-Marie Lassus (université de Nantes) présenteront les deux tomes qu’ils ont coordonnés et récemment publiés : Les Français au Mexique, XVIIIe-XXIe siècles

Extrait
  • Volume 1 : Migrations et absences, L’Harmattan, 2015
  • Volume 2 : Savoirs, réseaux et représentations, L’Harmattan, 2015

Volume 1

  • Première partie : Migrations, communautés et régions
  • Deuxième partie : Lettres, récits de voyage et journaux

Volume 2

  • Première partie : Savoirs, techniques et sensibilités
  • Deuxième partie : Marginalités et réseaux
  • Troisième partie : Fictions et représentations

« Pour la première fois, un groupe de 40 chercheurs s’est réuni pour faire un bilan des recherches sur le sens de trois siècles de présence française au Mexique, contribuant ainsi à éclairer d’un regard nouveau l’histoire des relations franco-mexicaines. Ils ont examiné les flux migratoires, les transferts de savoirs et de techniques, la marginalité des migrants ou leurs réseaux, les traces qu’ils ont laissées, les négoces ou institutions qu’ils ont fondés, les fictions, les représentations et les conflits d’interprétation qui en résultent pour mesurer leur impact dans la société de réception.
Plus qu’un simple inventaire, ce premier volume Migrations et absences offre ainsi de nouvelles pistes de recherche sur les phénomènes migratoires, en multipliant les approches patrimoniales, régionales, militaires, démographiques, politiques, et en accordant une place particulière aux correspondances de ces migrants français qui témoignent des sensibilités les plus diverses et rendent compte d’une aventure tant individuelle que collective. »

Dans la même rubrique

Dernières brèves