Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Conférence sur Héritage colonial et rivalités des grandes puissances occidentales au Moyen-Orient et au Maghreb : compréhension réciproque (Oxford, 24-25/06/2013)

mardi 29 janvier 2013, par Dominique Taurisson-Mouret

Conférence sur Héritage colonial et rivalités des grandes puissances occidentales au Moyen-Orient et au Maghreb : compréhension réciproque, Oxford, 24 et 25 juin 2013

Organisée par l’Association des Études du Maghreb, Mansfield College, Oxford

Cette conférence s’intéressera aux courses hégémoniques des puissances de l’Europe occidentale et à leurs rivalités au Moyen-Orient et au Maghreb. Il y a donc là, à ouvrir un débat aussi large que possible pour une compréhension mutuelle des événements de l’époque dite coloniale dont les origines sont bien anciennes.

L’Association des Études du Maghreb souhaiterait porter l’accent particulièrement sur les questions comme :

  • La mise en place des pouvoirs impériaux et les rivalités entre les puissances européennes intéressée par les régions indiquées.
  • Comment sont nées des idées souvent négatives voire des clichés fort curieux sur les Etats du Moyen-Orient et du Maghreb.
  • L’attitude des populations autochtones à l’égard des représentants des puissances étrangères sur leur sol a donné naissance non seulement à de la méfiance mais aussi à des heurts parfois violents.

Ces orientations ne sont évidemment pas limitatives.

L’Association fait appel à des contributions originales qui mettent en lumière les interactions qui ont contribué à former les réalités et les images que suscitent les pays du Moyen-Orient et du Maghreb dans une grande variété de domaines tels : les sciences au sens large et les medias d’une part puis dans les arts et la littérature d’autre part.

Cette conférence voudrait aussi tenir compte à la fois de l’influence des puissances occidentales (Grande-Bretagne, France, Russie, Italie, Espagne et particulièrement celle des Etats-Unis et de l’Allemagne dans les domaines de la diplomatie, de l’aide financière et militaire, et de l’enseignement) au Moyen-Orient et au Maghreb.

Le cadre chronologique des interventions s’étendra du milieu du 18e siècle jusqu’au 20e siècle. Au cours de ce dernier, riche en événements politiques de toutes natures, on assistera à l’effondrement d’un monde, le monde colonial, et au recul des puissances coloniales de l’Europe occidentale, cette effondrement est le prélude de la chute d’un autre empire, celui de l’union soviétique.

De même que l’Association accueillerait avec plaisir toute contribution sur l’établissement et le soutien des extensions coloniales, et étudierait volontiers les questions touchant les conflits et débats qui ont surgi depuis le dislocation des empires coloniaux.

Est-ce que l’indépendance des territoires, autrefois colonisés, a réellement mis fin à tout conflit et à toute tension ?

Ou bien ce temps de conflit est-il seulement entré dans une nouvelle période alors que certains Musulmans cherchent à rétablir les fastes de la civilisation islamique et remettent en question les manières de gouverner occidentales, et certains Occidentaux redoutent toute intrusion d’origine musulmane dans leur propres pays.

Ne serait-il pas possible par contre de promouvoir un dialogue et une entente mutuelle dans un monde postérieur à la colonisation, et cela tout particulièrement si les régimes autoritaires sont remplacés par des systèmes gouvernementaux démocratiques qui permettraient des échanges de vues libérales dans toute société ?

Les pays européens mettent en place aujourd’hui des politiques et des manières d’agir qui accordent des droits et des statuts équivalents à tout individu originaire du Moyen-Orient ou du Maghreb. Le changement mérite d’être mentionné.

Tout l’agenda

Dans la même rubrique

Dernières brèves