Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

« Décoloniser le foncier : enjeux et perspectives »

Journée d’étude organisée par Kyra Grieco (CERMA/Mondes Américains), Maura Benegiamo (Università Milano Bicocca), Ombeline Dagicourt (Paris 1/Université de Genève/Mondes américains), Irène Favier (UGA/LAHRA) et Silvia Romio (PUCP/CESPRA)

Programme
  • 9h : Accueil des participant-e-s
  • 9h30-13h : « Juridiction, appropriation et politiques du foncier »
    Ce panel pourrait s’interroger sur l’évolution du rapport à la terre entretenu par les sociétés et son articulation avec les transformations des régimes politiques et juridiques depuis le 18e siècle notamment (on pense à l’apport de la réflexion jusnaturaliste et du modèle contractualiste, en particulier chez Rousseau). Cette « modernité » foncière telle qu’elle a ensuite pu être codifiée – et réinterprétée— juridiquement a fait l’objet de tentatives de déconstruction, tant philosophiques que pratiques. Le panel pourrait ainsi souligner les tentatives actuelles de réformes des régimes fonciers, leurs enjeux politiques ainsi que les nouvelles reconfigurations du droit à la terre face à l’émergence d’autres formes de marchandisation capitaliste, à l’instar du droit sur le vivant.

• Jean-Fabien Spitz, Université Paris 1
• Michel Merlet, IEDES/AGTER
• Birgit Muller, CNRS / LAIOS-IIAC, EHESS

  • 13h-14h : déjeuner
  • 14h-18h (16h30 pause café) : « Savoirs, imaginaires et production du territoire »
    A quelle co-construction des savoirs et des systèmes politiques les territoires ont-ils donné lieu ? Telle est la transition qui pourrait s’opérer entre le premier et le second panel de cette journée d’études. Ce panel pourrait en effet s’interroger sur les savoirs et les représentations auxquels le territoire a donné lieu et qui ont été/sont élaborés dans des espaces géographiquement éloignés mais néanmoins au cœur de stratégies de pouvoir, tels que
    l’Amazonie par exemple. La cartographie constitue entre autres un instrument politique pour produire du territoire. D’autre part, à quelles appropriations des savoirs territoriaux autochtones les pouvoirs en place se livrent-ils ? Comment les peuples autochtones ont-ils été représentés dans ce contexte d’appropriation ? Enfin, à rebours de cette logique d’appropriation, à quels savoirs alternatifs, voire décolonisés, le foncier a-t-il donné et donne-t-il naissance dans ces espaces devenus des enjeux cruciaux pour la croissance économique globale ?

• Claudia Damasceno, EHESS/Mondes américains/Centre de Recherche sur le Brésil colonial
et contemporain
• Véronique Boyer, EHESS/Mondes américains/Centre de Recherche sur le Brésil colonial et
contemporain
• Emilie Stoll, CNRS/URMIS
• Geremia Cometti, Université de Strasbourg/ Laboratoire DynamE


Page créée le jeudi 1er mars 2018, par Dominique Taurisson-Mouret.


Tout l’agenda

Dans la même rubrique

Dernières brèves