Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Destins des collectivités politiques d’Océanie (Colloque 7-10/03/2011)

jeudi 1er juillet 2010, par Dominique Taurisson-Mouret

Destins des collectivités politiques d’Océanie

Peuples, populations, nations, États, territoires, pays, patries, communautés, frontières

Nouméa (Nouvelle-Calédonie) (Institut de Recherche pour le Développement)

7-10 mars 2011

Le colloque « Destins des collectivités politiques d’Océanie » sur les différentes formes et dynamiques des collectivités océaniennes présente de multiples intérêts.

Tout d’abord, sous l’égide du CNRS, il est le modèle même de manifestation scientifique propre à alimenter la recherche en faisant place tant aux spécialistes universitaires les plus consacrés des sujets traités qu’à l’apport des jeunes générations prometteuses de la recherche, en valorisant aussi le témoignage indispensable des praticiens.

Ensuite, d’un point de vue situé, cette manifestation sur l’Océanie se tient en Océanie. Elle fait un temps de Nouméa, en Nouvelle-Calédonie, une capitale scientifique, et atteste qu’on peut aux antipodes de Paris mener recherches et controverses doctrinales d’autant plus intenses qu’à proximité de leur objet. Le colloque sur les « Destins des collectivités politiques d’Océanie » prend un intérêt tout particulier en Nouvelle-Calédonie, collectivité à la recherche de son destin, et déjà face à des choix parfois ressentis comme vertigineux.

Pour la Nouvelle-Calédonie, à ce moment de son évolution institutionnelle, en 2011, pendant l’avant dernière mandature de l’Accord de Nouméa et en vue des moments décisifs, cette manifestation constitue une essentielle expertise préalable. Il s’agit d’abord et fondamentalement, de fixer le sens des mots et des des notions, car pour dialoguer il faut avoir un langage commun. Et il faut se prémunir contre toute pensée auto centrée, comportement récurrent notamment en France : la vaste dimension comparative de cette manifestation vient aider l’imagination juridique au service des évolutions politiques, non pas d’ailleurs à la recherche de modèles tout faits, mais pour l’inspiration et l’invention de nouvelles solutions.

Cependant, si la Nouvelle-Calédonie peut être considérée comme un lieu privilégié d’application des thèmes traités dans ce colloque, c’est toute l’Océanie qui en est l’enjeu et l’on peut dire que l’Océanie, ce nouveau monde si singulier est, de la minuscule Nauru à l’immense Australie, en quête de son destin politique, avec presque autant de formules qu’il y a de cas d’applications.

En effet, si le colloque a pour mission première d’éclaicir les concepts et de les mettre à l’épreuve des diverses expérimentations dont l’Océanie est riche, il est vrai aussi que tout ce débat est au service d’une mission : pouvoir progresser dans l’organisation politique concrète des collectivités en connaissance de cause. Il s’agit ainsi tant d’aboutir à une perception exacte du sens des mots et du contenu des notions afin de parler un langage exact et commun, que d’acquérir la connaissance de ce que l’imagination et les pratiques, ailleurs que chez soi, ont pu produire.

Tout cela donne une idée de l’importance de la publication qui sera tirée de ce colloque. Elle devra être en effet le document de base de la réflexion sur les questions débattues, voire controversées, et l’instrument à partir duquel les collectivités situées pourront construire leurs propres perspectives. Ainsi, cet ouvrage en français fera l’objet d’une traduction en anglais. Celle-ci n’est pas pour la francophonie une contradiction, mais une conjonction, la conviction d’un chemin commun.

Programme

Programme Destins des Collectivités politiques d’Océanie (mars 2011)

OUVERTURE DU COLLOQUE

7 mars

après midi : présidence de Viviane Fayaud

Accueil par le directeur de l’IRD

Discours d’ouverture : M. le haut-commissaire de la République

RAPPORTS INTRODUCTIFS

1- Peuples, populations, nations, États… : naissance des mots, Marc Joyau, Université de Nantes

2- L’évolution des collectivités françaises du Pacifique depuis 1946 : Laurent Tesoka, Institut de Droit d’outre-mer Université Aix-Marseille III, Jean-Marc Regnault, Sémir Al Wardi, Université de la Polynésie française

3- L’autonomie dans la République : jusqu’où ? Gérard Marcou, GRALE CNRS Université Paris I

4- Institutions, évolutions et imagination devant l’exigence de sécurité juridique : Philippe Raimbault, IEP Toulouse

1ERE PARTIE : CONCEPTS, HISTOIRE ET LINGUISTIQUE

1. Linguistique

  •  Le vocabulaire politique contemporain dans les langues océaniennes : Jacques Vernaudon et Léonard Sam, Université de la Nouvelle-Calédonie.
  • Langues et État en Océanie : Darrell Tryon, Université nationale australienne, Canberra

2. Peuples, populations

  • Peuples et populations : André Roux, Université Aix-Marseille III
  • Peuples, populations et patrimoine : Marc Debène, Université de la Polynésie française

Débat

8 mars

matinée : présidence d’Alban Bensa

3. Nation, État, pays, territoire

- L’approche classique du concept de nation : Hélène Surrel, IEP Lyon
- La France plurinationale : Thierry Michalon
- Une défense et illustration de la nation calédonienne dans la nation française : Jean-Yves Faberon, Nouméa
* Naissance d’une nation : le Vanuatu : Jean-Pierre Nirua, Port-Vila

4. Citoyenneté, nationalité

  • Citoyenneté et nationalité : Charles Cadoux
  • La citoyenneté de Nouvelle-Calédonie et Talleyrand : François Garde, Nouméa

5. Patrie, communautés

  • Patrie et communautés : Dominique Turpin, Université Clermont-Ferrand I
  • Communautés et guerres mondiales : Sylvette Boubin-Boyer, Nouméa

Débat

après midi : présidence de Christiane Wanéissi

6. Colonisation, décolonisation

  • Colonisation et décolonisation : Jean-Marie Pontier, Université Paris I

Exemples :

  • Ile Maurice : Laurent Sermet, Université de La Réunion
  • Polynésie française : Alain Moyrand, Université de la Polynésie française
  • Mayotte : Hugues Béringer, Paris

7. Frontières en Océanie

  • Frontières en Océanie, approche historique : Frédéric Angleviel, Nouméa

2EME PARTIE : PRATIQUES. L’Océanie, un champ d’expérimentations
politiques

1. La place non exclusive du peuple premier

  • Australie : Fanny Duthil, Université du Havre
  • Fidji : Victor David, Nouméa
  • Nouvelle-Calédonie : Léon Wamytan, Nouméa
  • Comparaison : États-Unis et Canada Ghislain Otis, Université d’Ottawa
  • Les luttes autochtones dans le Pacifique : Natacha Gagné, Université d’Ottawa et Marie Salaün, Université Paris V

Débat

9 mars

matinée : présidence de Jean-Yves Faberon

2. Entre dépendance et indépendance, des relations privilégiées

a/ Relation d’adjonction

  • Guam, Mariannes du Nord : Armand Hage, Nouméa
  • Western Samoa : Afamasaga Toleafoa, Pago-Pago
  • Hong-Kong, Macao : Jorge Godinho, Université de Macao
  • Comparaison : Puerto-Rico : Dominique Custos, Université Loyola de La Nouvelle-Orléans

b/ Relation fédérale

  • Hawaii : David Chappell, Université d’Hawaii

Comparaisons :

  • Antilles néerlandaises : Dimitri Kochenov, Université de Groningue
  • Québec : Denis Lemieux, Université Laval, Québec

c/ Relation associative

- Iles Cook et Niue : Guy Agniel, Université de la Nouvelle-Calédonie

  • Micronésie : Lam Dang, gouvernement de Micronésie

Débat

après-midi : présidence de Sémir Al Wardi

3. Le rôle des organisations internationales

  • Les organisations régionales : Sarah Mohamed-Gaillard, Inalco, Paris
  • L’ONU : Nathalie Mrgudovic, Université Aston, Birmingham
  • Les perspectives du comité de décolonisation de l’ONU : Jean-Marc Regnault, Papeete
  • L’Union européenne : Titaïna Trillon, Union européenne, Bruxelles
  • Le Commonwealth britannique : Antoine Leca, Univ. Aix-Marseille III

3EME PARTIE : SINGULARITES

1. Singularités humaines

  • Les recensements pour quoi faire ? Le métissage. Carine David, Université de la Nouvelle-Calédonie

2. Singularités identitaires et symboles : se faire un nom et une image.

  • Les signes identitaires de la Nouvelle-Calédonie : José Barbançon, Nouméa
  • Nations et peuples dans l’iconographie : pertinences et confusions : Viviane Fayaud, CNRS
  • Constituer et unifier la nation : le rôle des bibliothèques nationales : Béatrice Sudul, Université Paris IV

Débat

10 mars

matinée : présidence de François Garde

3. Singularités politiques

  • Loyalistes, autonomistes, indépendantistes, et les autres : Sémir Al-Wardi, Université de la Polynésie Française
  • Le rôle des communes : Jean-Pierre Pastorel, Université de la Polynésie française
  • La démocratie en Polynésie française : pratiques, représentations et enjeux : Rudy Bessard, Université de Pau et des pays de l’Adour

4. Singularités des expressions : les différents porte-paroles. Qui parle au nom de qui ?

  • La littérature engagée : Déwé Gorodé, Nouméa
  • Apories autour du concept de peuple calédonien : Hamid Mokaddem, IFM-NC Nouméa
  • Le travail des lettrés kanak aux XIXè et XXè siècles : Alban Bensa, EHESS, Paris

5. Singularités judiciaires :

  • Les implications pratiques de la coutume judiciaire en Nouvelle-Calédonie : Pierre Frezet, Juge à Lifou et Daniel Rodriguez, Juge à Koné
  • Prévention sociale, Droits des victimes et statut personnel en Nouvelle-Calédonie : Régis Lafargue, Conseiller à la Cour de Cassation, Paris
    * La singularité de Futuna :une identité coutumière : Marc Soulé, Futuna.
    * L’Océanie de Common law : Guy Scoffoni, Université Aix-Marseille III

Débat

après-midi : présidence de Jean-Marc Regnault

6. Singularités financières, économiques et sociales :

  • Finances et dépendances ou : Combien coûte l’indépendance ? Arnaud Duranthon, IEP Toulouse.
  • Fiscalité et autonomie de la Nouvelle-Calédonie : Nicolas Clinchamps, Université Paris XIII
    - Économies océaniennes et mondialisation : Jean-Michel Salmon, Université des Antilles et de la Guyane
  • Les Etats insulaires d’Océanie dans la politique économique internationale : Klauss-Gerd Giesen, Université Clermont-Ferrand I
    - Les lacunes du transfert de la compétence économique à la Polynésie française : Florent Venayre, Université de la Polynésie française
  • Le droit au travail : Alain Chirez, Université de la Polynésie française

7. Singulière Nouvelle-Calédonie :

  • Les mots de l’histoire, Ismet Kurtovitch, Nouméa
  • Quelles perspectives institutionnelles pour la Nouvelle-Calédonie ? Alain Christnacht, Conseiller d’Etat, Paris

Débat

RAPPORT DE SYNTHESE

  • Christian Huetz de Lemps, Paris IV,
  • Norbert Rouland, Aix-Marseille III

CLOTURE DU COLLOQUE

M. le président du gouvernement de Nouvelle-Calédonie


Contact

Viviane Fayaud

courriel : vfayaud (at) msh-paris [point]

Réseau Asie - Imasie (CNRS/FMSH)

54 Bd Raspail

75006 Paris

Jean-Yves Faberon

courriel : jy [point] faberon (at) canl [point] nc

Jean-Marc Regnault

courriel : regnaultjm (at) yahoo [point] fr

Annonce from Calenda http://calenda.revues.org/nouvelle1...

Dans la même rubrique

Dernières brèves