Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Eric Roulet, La Compagnie des îles de l’Amérique 1635-1651. Une entreprise coloniale au XVIIe siècle, PUR, 2017

dimanche 12 novembre 2017, par Dominique Taurisson-Mouret

Collection Histoire, 812 p. ISBN : 978-2-7535-5541-9 Prix : 30 €

Présentation éditeur :

« En 1626, une première compagnie par actions est formée à l’initiative de Richelieu pour mener la colonisation des Petites Antilles et organiser le trafic transatlantique. Elle repose sur les associés, des proches du cardinal, qui en possèdent le capital et en assurent la direction. En 1635, elle est réorganisée afin de pouvoir satisfaire d’une façon plus efficace les objectifs qui lui ont été fixés par la monarchie, à savoir, conquérir et peupler des terres et favoriser le commerce. Elle prend alors le nom de Compagnie des îles de l’Amérique. Sous sa conduite, les Français déjà établis à Saint-Christophe s’installent à la Guadeloupe et à la Martinique et affichent des prétentions sur la Grenade, Sainte-Croix, Saint-Martin et Saint-Barthélemy. Plusieurs milliers de colons tentent l’aventure en franchissant l’océan à la quête d’un meilleur avenir et de richesses. Les terres sont exploitées pour satisfaire les besoins de la métropole. Quelques grands domaines s’appuyant sur une main-d’œuvre constituée d’esclaves africains développent de nouvelles productions comme le sucre et l’indigo. Mais la Compagnie est bientôt confrontée à de multiples difficultés qui remettent en cause son fonctionnement et ses finalités. Les tensions dans les îles et les faibles retombées de sa politique économique conduisent les associés à cesser progressivement leurs activités à partir de 1649. Sa fin pourtant ne signifie pas l’échec de la colonisation française des Petites Antilles. L’héritage qu’elle lègue va fructifier durant les décennies suivantes et donner naissance au premier empire colonial français. »

SOMMAIRE

La reformation de la Compagnie des îles de l’Amérique

Aux origines : la Compagnie pour les îles
La Compagnie des îles de l’Amérique
Les premières actions de la Compagnie

Les associés

Le profil des associés de la Compagnie
Les motivations des associés
La gouvernance de la Compagnie

Les agents de la compagnie aux îles

L’administration des îles
Capitaines généraux et lieutenants généraux
La Compagnie et le contrôle de ses agents aux îles

L’organisation du trafic et des échanges

Les receveurs de la Compagnie dans les ports de France
Les capitaines de navire
La Compagnie et les marchands

L’expansion française aux Antilles

Les îles de la Compagnie
La politique de peuplement de la Compagnie
L’encadrement moral et spirituel

La direction des affaires économiques des îles

L’orientation de la production par la Compagnie
Les débuts de l’économie sucrière antillaise
Les limites de l’action économique de la Compagnie

Les difficultés de la Compagnie

La détérioration des finances de la Compagnie
La Compagnie contestée 1645-1647
L’heure des choix 1647-1651

Éric Roulet est professeur d’histoire moderne à l’université du Littoral Côte d’Opale. Ses travaux portent sur la genèse des sociétés coloniales en Amérique moyenne et caraïbe. Il a publié L’évangélisation des Indiens du Mexique, PUR, 2008, et Les premières compagnies dans l’Atlantique, I, Structures et modes de fonctionnement, Shaker Verlag, 2017.

Lire / Écouter / Voir
Eric Roulet, La Compagnie des îles de l’Amérique 1635-1651. Une entreprise coloniale au XVIIe siècle, Presses Universitaires de Rennes, 2017
Mercredi 1er novembre

Tout l’agenda

Dans la même rubrique

Dernières brèves