Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

« Esclavages et couleurs dans les villes et les sociétés urbaines d’Afrique, des Amériques et d’Europe, XVe -XIXe siècle »

Programme

Après de nombreux travaux consacrés aux sociétés esclavagistes ou à esclaves d’Europe, d’Afrique et des Amériques, ce colloque tentera d’apprécier en quoi les villes de ces espaces ont pu être, du XVe au XIXe siècles, les lieux d’une reconfiguration spécifique des rapports sociaux. On s’intéressera en particulier à la diversité des formes qu’ont pu prendre les sociétés urbaines et aux dynamiques qui les ont générées. De manière particulière, on tentera de savoir si la proximité ou l’éloignement du pouvoir politique ont été des facteurs d’accélération ou de ralentissement des processus d’exclusion, d’accommodements ou d’intégration des populations cosmopolites et inégales des villes étudiées. Les périodes de changements institutionnels majeurs (changements de souveraineté, révolution, guerre d’indépendance, abolition de l’esclavage…) seront singulièrement explorées. Au-delà du contexte portuaire, perçu d’un point de vue historiographique comme fondamental, on essaiera également de mettre en évidence l’influence spécifique_des autres dynamiques économiques (industrielles, artisanales ou commerciales). Le colloque s’attachera également à analyser les traductions spatiales de ces relations complexes. Du quartier à la maison, il tentera d’apprécier les structurations spécifiques des espaces économiques, politiques, culturels et domestiques qu’elles ont générés, en mettant en valeur les dynamiques induites par les différentes composantes et institutions de ces sociétés. Les flux de populations exogènes, aux origines lointaines, ou proches, ainsi que l’apparition progressive d’individus de couleur, de statuts et de niveaux économiques plus élevés, ont-ils entraîné une recomposition spécifique nouvelle des sociétés urbaines de l’espace d’étude ? Enfin, on s’intéressera à l’évolution de ces questions et on tentera notamment de savoir si les changements de souveraineté, les indépendances, les abolitions de l’esclavage ont modifié les pratiques et les usages urbains. Le colloquera tentera enfin d’explorer les aspects culturels de la question, en s’interrogeant sur d’éventuelles expressions matérielles et spirituelles des clivages et des accommodements de ces sociétés. On explorera notamment les diverses formes de sociabilité, profanes ou sacrées, qui seront appréciées comme des temps et des lieux de construction des sociétés urbaines, au travers de logiques de convivialité et de conflictualité.

Jeudi 23 novembre 2017

7h45 : Accueil

8h : Ouverture solennelle : Madame le Doyen Cécile Bertin-Elisabeth (Université des Antilles) Monsieur le Directeur du laboratoire AIHP-GEODE Jacques Dumont (Université des Antilles) Monsieur le Directeur de la DAC Fabrice Morio (Ministère de la culture)

9h : Présentation des projets STARACO (STAtuts, RAces et COuleurs) : Aanor Le Mouël
« Les territoires de la ville, de l’archipel des Antilles au plateau des Guyanes : espaces, sociétés et relations (XVIe-XXIe siècles) » : Dominique Rogers

10h : Introduction : António de Almeida Mendes, Dominique Rogers et Clément Thibaud

10h30-13h Session I : La Méditerranée médiévale des esclaves et des couleurs* / Présidence : Jean-Pierre Sainton (Université des Antilles)

  • Nenad Fejic (Université des Antilles), Origine, religion, couleur : instruments contestés de légitimation de l’esclavage dans les villes du bassin adriatique à la fin du Moyen Age.
  • Roser Salicrú i Lluch (CSIC), Des esclaves dans et hors la ville : l’exemple de la Barcelone et de la Catalogne médiévales
  • Ivan Armenteros Martínez (CSIC), Du profane au sacré. Les confréries chrétiennes comme un véhicule d’insertion sociale des esclaves en Méditerranée occidentale (XIVe-XVe siècles).

15h-18h Session II : Les Caraïbes au temps des Révolutions / Présidence : Julien Lapointe (Université des Antilles)

  • Baptiste Bonnefoy (Université Paris Sciences & Lettres), Dire l’appartenance en contextes de souveraineté variable et incertaine : Miliciens de « couleur » à la Dominique, à Sainte-Lucie et à la Grenade (1763-1803).
  • Clément Thibaud (EHESS), Des classes ennemies les unes des autres ? Les relations sociopolitiques entre esclaves, libres de couleur et Indiens au temps des ’conspirations’ révolutionnaires (Terre-Ferme, décennie 1790).
  • Rob Taber (Fayetteville State University), Les femmes de couleur et la construction de la communauté à Saint-Marc et Léogane, partie française de Saint-Domingue à la fin du XVIIIe siècle.
  • Nicolas Terrien (Université de Nantes), Esclaves et libres de couleur à bord des corsaires et pirates de la Grande Caraïbe révolutionnaire c. 1790-1820.

Vendredi 24 novembre 2017

9h30-12h Session III : Pratiques sociales et identitaires en contexte africain / Présidence : Benoît Bérard (Université des Antilles)

  • Adje Severin Angoua (Université Félix Houphouët-Boigny), Les esclaves dans les sociétés urbaines akan de la Côte de l’Or : entre intégration parfaite et exclusion (XVe-XIXe siècles).
  • Catherine Denys (Université de Lille 3), Le mélange des Noirs et des Blancs est toujours la source de rixes et de plaintes : Esclaves, affranchis et libres face à la police royale dans la ville de Port-Louis en île de France, (années 1770-1780).
  • António de Almeida Mendes (Université de Nantes/IEA de Nantes), Pratiques locales du pouvoir et de la différence des « Blancs » et des « Noirs » en Haute-Guinée au XVIe-XVIIe siècles.

14h-17h30 Session IV : Statuts et catégories dans les sociétés coloniales / Présidence : Audrey ségard (Université des Antilles)

  • Jessica Pierre-Louis (Université des Antilles), Blancs et Libres de couleur à Fort-Royal à travers les transactions foncières dans la première moitié du XIXe siècle.
  • Laurent Vidal (Université de la Rochelle), Nos também somos gente. Être travailleur noir à Rio de Janeiro à l’aube de la modernité industrielle (1870-1910).
  • Myriam Cottias (CNRS), Le sang séché de la Place Bertin à Saint-Pierre : Histoire de vie des condamnés du XIXe siècle
  • María Fernanda Cuevas Oviedo (Universidad de los Andes, Bogotá), Tribunaux et notariats dans la Nouvelle Grenade : espaces urbains de pouvoir politique et liberté des esclaves (1780-1852).
  • Dominique Rogers (Université des Antilles), Retrouver la ville esclavagiste : enjeux et perspectives dans l’espace caraïbe.

17h30-18h : Conclusions par António de Almeida Mendes, Dominique Rogers et Clément Thibaud

COMITÉ SCIENTIFIQUE

  • António de Almeida Mendes (Université de Nantes, CRHIA-STARACO/IEA de Nantes)
  • Nenad Fejic (Université des Antilles-AIHP-Géode)
  • Dominique Rogers (Université des Antilles-AIHP-Géode-CIRESC)
  • Clément Thibaud (EHESS, STARACO)

COMITÉ ORGANISATIONNEL

  • Catherine de Firmas (PRAG, AIHP-Géode)
  • Aanor Le Mouël (Ingénieur d’études, Université de Nantes, CRHIA-STARACO)
  • Jessica Pierre-Louis (docteur en histoire, AIHP-Géode)

PARTENAIRES
Programme « Les territoires de la ville, de l’archipel des Antilles au plateau des Guyanes : espaces, sociétés et relations (XVIe-XXIe siècles) » financé par la Dac Martinique, la collectivité territoriale de Martinique, l’université des Antilles, le laboratoire AIHP-GEODE et l’Institut National de Recherches Archéologiques Préventives ; programme STARACO (STAtuts, RAce et COuleurs dans l’Atlantique) : de recherche financé par la Région Pays de la Loire ; CRHIA, Université de Nantes ; Ministère de la Culture ; USR-CIRESC : Centre International de Recherches sur les Esclavages


Page créée le dimanche 19 novembre 2017, par Dominique Taurisson-Mouret.


Tout l’agenda

Dans la même rubrique

Dernières brèves