Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Dossier : « La chancellerie consulaire française (16e-20e s.), Attributions - organisations - agents -usages », Mélanges de l’Ecole française de Rome, 128-2, 2016

jeudi 12 janvier 2017, par Dominique Taurisson-Mouret

Fabrice Jesné, MCF en histoire moderne au CRHIA (Université de Nantes) et Directeur des études pour les époques moderne et contemporaine à l’Ecole française de Rome, vient de publier, avec A. Bartolomei, M. Grenet et J. Ulbert, un dossier dans le dernier numéro des Mélanges de l’Ecole française de Rome, 128-2 / 2016 : La chancellerie consulaire française (16e-20e siècle) : attributions, organisation, agents, usagers

Ce dossier, qui est issu d’une journée d’études organisée à Nantes en juin 2015 dans le cadre de l’axe 4 du LabEx EHNE (voir ci-desous), traite d’une institution qui a joué un rôle important dans l’encadrement des échanges commerciaux et maritimes ainsi que dans la fabrique de l’administration et de la nationalité aux époques moderne et contemporaine.


Journée organisée le 25 juin 2015 par Fabrice Jesné (MCF en histoire contemporaine au CRHIA-Nantes), avec A. Bartolomei, M. Grenet et J. Ulbert, dans le cadre du consortium « La fabrique consulaire » et du projet LabEx EHNE

  • Centre des Archives Diplomatiques de Nantes - Salle d’exposition 17 rue Casterneau - 44000 Nantes
  • Partenaires : MAEDI, Casa de Velázquez, Ecole française de Rome, Ecole française d’Athènes,LabEx EHNE, CERHIO (UMR 6258 CNRS / Université de Bretagne-Sud), CMMC (EA 1193 Université Nice Sophia Antipolis)
  • Voir l’Appel à communications
Programme de la Journée d’études : « La chancellerie consulaire française (16e-20e s.)

La fonction consulaire a suscité, ces dernières années, l’intérêt toujours croissant de la communauté savante. Les attributions du consul, particulièrement son rôle dans la collecte d’informations et dans l’intermédiation marchande, ont fait l’objet de grandes manifestations scientifiques. Lors de ces événements, le rôle du chancelier, principal collaborateur du consul, est généralement resté dans l’ombre.

Cette journée d’étude se proposait de réunir plusieurs études de cas afin de mieux comprendre les pratiques des chancelleries consulaires françaises. Elle visait aussi à améliorer les connaissances sur les motivations des usagers, et à saisir, s’il y a lieu, les différences et évolutions.

Dans la même rubrique

Dernières brèves