Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Journées d’étude : « Ouvrir les archives : enjeux, débats, conflits » (Archives nationales Pierrefitte-sur-Seine, 13-14/042015)

samedi 4 avril 2015, par Dominique Taurisson-Mouret

  • Journées d’étude organisées, dans le cadre du programme Conflits d’archives, par
    la Casa de Velázquez, l’École pratique des hautes Etudes, l’École française d’Athènes, l’ERC Open Jerusalem Archives
    en partenariat avec les Archives nationales
  • Archives nationales, 59 rue Guynemer, 93383 Pierrefitte-sur-Seine (Métro ligne 13, station Saint-Denis–Université)

Organisateurs Stéphane Péquignot (EPHE), Yann Potin (Archives nationales)

Présentation

Inscrites dans le programme Conflits d’archives en Méditerranée, XIVe - XXIe siècle (2012 - 2015) - Casa de Velázquez, Ecole française d’Athènes, Ecole pratique des hautes Etudes -, ces deux journées d’étude sont l’occasion d’une réflexion collective et comparatiste sur les ouvertures d’archives. Dans une perspective de longue durée réunissant archivistes, juristes et historiens spécialistes de la France, de la péninsule Ibérique et de Jérusalem, les conflits liés aux ouvertures d’archives seront d’abord envisagés comme une affaire de droit(s). Et ce, depuis les conditions concrètes des ouvertures d’archives où surgissent des conflits, jusqu’aux acteurs impliqués et aux motivations liées à la valeur symbolique, politique, voire fondatrice prêtée aux archives. Il s’agit de comprendre dans quelle mesure les luttes menées en vue de leur plus grande accessibilité laissent des traces dans le fonctionnement et le rôle ultérieur des archives. Certaines ouvertures s’avèrent problématiques, inachevées, ou peuvent être remises en cause, en raison notamment de changements politiques. Tout en signifiant métaphoriquement une forme de libération par l’accès à ce qui était auparavant tenu au secret, « l’ouverture des archives » peut ainsi, de fait, constituer un compromis précaire entre des protagonistes aux intérêts divergents. En ouvrant les archives, met-on véritablement un terme définitif aux conflits qu’elles suscitent ? Accueillie dans le nouveau site des Archives nationales, à Pierrefitte-sur-Seine, deux ans après son ouverture au public en janvier 2013, la rencontre se terminera par une table ronde et un débat qui se proposent d’élargir la question de l’ouverture à toutes les formes contemporaines de communicabilité et de médiation de la matière « archives ».

Programme

Lundi 13 avril

9h. - Accueil, par Françoise Banat-Berger, directrice des Archives nationales

Ouverture, par Stéphane Michonneau, Casa de Velázquez, Madrid Introduction, par Stéphane Péquignot, École pratique des hautes Etudes, SAPRAT, Paris

Présidence : Stéphane Péquignot, École pratique des hautes Etudes, SAPRAT, Paris

  • 9h30 Ouverture sous contrôle. Les archives de Foix au début du XVe siècle, par Véronique Lamazou-Duplan, Université de Pau et des Pays de l’Adour
  • 10h45. - La communicabilité des archives publiques en France, genèse d’un Graal archivistique (1794-2008), par Marie Ranquet, Service interministériel des Archives de France
  • 11h45. - Ouvrir le chartrier, donner accès au patrimoine archivistique familial : les sens des ouvertures des archives de famille noble dans la longue durée (Portugal, XVe-XXIe siècles), par Maria de Lurdes Rosa, Universidade Nova, Lisbonne

Présidence : Yann Potin, Archives nationales

  • 14h15. - La guerre d’Algérie : historiographie ouverte, archives fermées ?, par Jean-Pierre Bat, Archives nationales

15h15. - Atelier du programme ERC « Open Jerusalem Archives »

  • Ouvrir les archives d’une ville fermée ?, par Vincent Lemire, Université Paris-Est – Marne-la-Vallée
  • Accessibilité des archives éthiopiennes d’Ethiopie et d’ailleurs : organisation, dispersion et destruction, par Stéphane Ancel, Institut des Mondes africains, ERC Open Jerusalem
  • Dire, taire, traduire, les langues des archives de Jérusalem, par Leyla Dakhli, CNRS, Centre Marc-Bloch, Berlin
  • Entrouvrir les archives des communautés séfarades de Jérusalem 1850-1950, par Jonas Sibony, Bibliothèque universitaire des Langues et Civilisations (BULAC)

Mardi 14 avril 2015

Présidence : Stéphane Michonneau, Casa de Velázquez

  • 9h. - Au-delà de la preuve. La dramatisation des archives comme discours politique, social et savant (France, xvie-xviie siècles), par Olivier Poncet, Ecole nationale des Chartes
  • 10h15. - Historia del Archivo General de la Guerra Civil Española, par María José Turrión García, Archivo General de la Guerra Civil Española
  • 11h15. - Open data, droit des archives et protection des données personnelles, par Bruno Ricard, Service interministériel des Archives de France

Présidence : Ghislain Brunel, Archives nationales

  • 14h15-15h15. - Montrer pour mieux cacher ? variations sur l’architecture des lieux d’archives, entre transparence et opacité (XIXe–XXe siècle), par Christian Hottin, Direction générale des patrimoines
  • 15h15-16h15. - Visite du bâtiment
  • 16 h 15-18h. - Table ronde : Ouvrir les archives, clore les conflits ?
    Ghislain Brunel, Archives nationales, directeur des publics,
    Noé Wagener, CNRS, ISP
    Sophie Coeuré, Université Paris VII
    Philippe Artières, CNRS, LAHIC,
    Gilles Morin, CHS, université Paris I / AUSPAN,
    Annette Wieviorka, Université Paris I, IRICE.

Contact et renseignements : yann.potin chez culture.gouv.fr

Dans la même rubrique

Dernières brèves