Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Les archives des Bureaux Arabes de l’Algérois en ligne sur le site des ANOM

jeudi 4 juillet 2013, par Dominique Taurisson-Mouret

Les archives des Bureaux Arabes de l’Algérois en ligne sur le site des ANOM

Les Archives Nationales d’Outre-mer (ANOM, anciennement CAOM) viennent de mettre en ligne un nouvel instrument de recherche : Gouvernement général de l’Algérie - Bureaux arabes de l’Algérois - Registres (Série II, 1830-1912)

Histoire administrative des Bureaux arabes (site des ANOM)

Dès le lendemain de l’installation française en Algérie se posa le problème de l’administration des populations indigènes mais aucune solution durable ne fut mise en place avant le gouvernorat du général Bugeaud et sa réglementation fondatrice.

À côté de l’état-major qui s’occupait des questions militaires, Bugeaud créa un organisme chargé plus spécialement des tribus, et notamment du contrôle de leurs notables. Un arrêté du 16 août 1841 rétablit la direction des affaires arabes, momentanément disparue, confiée désormais à un officier ayant autorité sur tous les fonctionnaires indigènes.

À la suite de l’extension du territoire soumis à l’autorité française, territoire désormais majoritaire, des « bureaux arabes » régis par l’arrêté ministériel du 1er février 1844, furent créés dans les principaux centres. Cet arrêté fut complété par plusieurs autres, par des instructions et circulaires, ainsi que par un Exposé du lieutenant-colonel Daumas, comportant étude des populations et des attributions des autorités.

Une direction des affaires arabes était désormais établie dans chaque division territoriale militaire (Alger, Oran et Constantine) afin de traiter les relations avec les populations des territoires « militaires », mis en place par l’ordonnance du 15 avril 1845 et où les colons européens étaient presque absents.

Au degré inférieur, chaque subdivision comptait un bureau arabe, ainsi que les principales localités. Les bureaux étaient subordonnés à la hiérarchie à chaque échelon, et ne constituaient pas une hiérarchie autonome ; un échelon n’avait, à l’égard des niveaux inférieurs, qu’une mission de centralisation des documents et de transmission à l’échelon supérieur. Cette centralisation donna une véritable cohésion à la nouvelle administration, marquée par la forte personnalité du général Daumas.

Chaque bureau de cercle (constitué d’un ensemble de tribus) ou de subdivision comportait du personnel français et indigène, officiers, officier de santé, interprète, cadi (juge et notaire), khodja (secrétaire arabe), secrétaires français, chaouch (planton et chef des cavaliers), spahis et mekhaznis (cavaliers de service).

Le bureau était installé dans un bordj, comportant les logements des officiers, les salles de rapports, une bibliothèque, une salle d’archives, une pharmacie, les écuries, les prisons ; une hôtellerie dépendait du bureau. Demeurant souvent longtemps dans le même poste, le chef de bureau acquérait une connaissance étendue du pays, des habitants, des affaires locales, de l’histoire des tribus ; indispensable, il était l’intermédiaire de tous les services publics et disposait d’une grande autorité.

Les Bureaux devaient avant tout assurer la sécurité par le renseignement, la surveillance, les liens avec les notables. Aussi, les rapports périodiques qu’ils devaient adresser à leur hiérarchie, concernent en grande partie la situation politique, la soumission des tribus, les impôts, la sécurité des communications, les crimes et délits, les amendes. Ils contrôlaient le fonctionnement de la justice musulmane ainsi que celui des mosquées et zaouïas, (établissements religieux ruraux).

Les Bureaux arabes montrèrent une efficacité réelle dans ce domaine, malgré leurs effectifs réduits et l’étendue de leur circonscription. Les officiers devaient aussi mettre en œuvre le « cantonnement » des tribus sur un territoire, leur délimitation et la répartition des terres entre les douars. Ils s’efforcèrent également, avec des succès très divers, d’introduire des améliorations dans l’agriculture et notamment la culture des céréales et l’élevage, dans le développement des routes et des marchés.

1870 marqua la fin des grands projets des Bureaux arabes. Sous la IIIe République, l’administration de l’Algérie du Nord passa progressivement entre les mains de l’administration civile. En 1922 les tout derniers territoires de commandement militaire de l’Algérie du Nord étaient désormais remis aux fonctionnaires civils.

Tout l’agenda

Dans la même rubrique

Dernières brèves