Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

« Parcours anthropologiques dans le monde arabe (ethnographie, littérature, arts, archéologie, orientalisme) »

Séminaire animé par Dominique Casajus, directeur de recherche au CNRS (IMAF), Clémentine Gutron, chargée de recherches CNRS (Centre Alexandre-Koyré), Sylvette Larzul, docteur ès lettres (associée IMAF), François Lissarrague, directeur d’études de l’EHESS (AnHiMA), Alain Messaoudi, maître de conférences à l’Université de Nantes (associé IMAF), François Pouillon, directeur d’études EHESS (IMAF), Mercedes Volait, directrice de recherche au CNRS (InVisu)

  • Année universitaire : 2018 / 2019
  • Périodicité : Jeudi de 17h à 20h
  • Localisation : IISMM, salle de réunion, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris
  • Calendrier : Du 15 novembre 2018 au 23 mai 2019

Partant des conditions de l’enquête de terrain pour aller jusqu’aux dérivations lointaines, notamment artistiques et littéraires, de cette expérience fondatrice, on reprendra, sur la base de dossiers précis, les modes de construction d’un savoir d’où l’observateur ne sort pas finalement intact, non plus que les objets de ses préoccupations. Il s’agira donc de passer d’un registre à l’autre, depuis la démarche anthropologique proprement dite, jusqu’aux élaborations littéraires, en passant par l’histoire de l’art et les fouilles archéologiques.

On s’attachera à ces processus sur la longue durée, parfois sur la très longue durée avec l’usage qui est fait des témoignages archéologiques de civilisations disparues. Nous nous intéresserons tout particulièrement à l’élaboration et à la circulation des modèles et des représentations, brandis ou imposés de l’extérieur, pendant l’ère coloniale autant que postcoloniale, qui ont fait l’objet de remplois pour des constructions identitaires complexes, riches d’enjeux politiques.

L’espace considéré sera le monde arabe, entendu dans ses dimensions larges, celles de l’Islam méditerranéen, qui recouvre les provinces jadis dominées par l’empire ottoman, et déborde sur les déserts d’Afrique du Nord et de la Péninsule arabique. Nous y inclurons aussi les minorités enclavées qui, si elles se définissent par la pratique d’une langue ou d’une religion autres, n’en partagent pas moins avec la composante majoritaire nombre de pratiques sociales dans le cadre de ce qui constitue, en dépit de tout, une aire culturelle.

Contact : pouillon(at)ehess.fr


Page créée le mardi 6 novembre 2018, par Dominique Taurisson-Mouret.


Tout l’agenda

Dans la même rubrique

Dernières brèves