Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

« Passés perpétuels, passés en sursis. Sites et récits commémoratifs des traites esclavagistes » — Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, Aix-en-Provence — 12-13 octobre 2017

mardi 19 septembre 2017, par Dominique Taurisson-Mouret

Ces journées, organisées par l’IMAf, avec le soutien de l’URMIS, ont pour thème l’institution commémorative du passé de l’esclavage dans plusieurs sites, ports et comptoirs négriers européens africains et américains. Dans une perspective pluridisciplinaire, nous allons interroger l’édification – ou éventuellement son absence – d’une mémoire officielle et normative des traites esclavagistes, les mouvements d’adhésion et de dissensions ainsi que les oublis créateurs ou les silences, parfois chargés de significations tacites, qu’une telle mémoire suscite. Ses divers registres discursifs ainsi que ses chronotopes et, plus généralement, les motifs catalyseurs des narrations mobilisées seront au centre de notre réflexion.

En opérant une spatialisation du souvenir, les sites commémoratifs sont aussi le résultat d’une idéographie : une écriture, au sens propre et figuré, de signes qui sont censés signifier ou susciter une anamnèse morale de notions telles que l’oubli, le repentir, le retour, le deuil, le trauma, l’héritage, etc. La dimension relativement abstraite de ces notions est donnée à voir ou mise en échos à travers des statues, des scénographies, des panneaux et s’accompagne de témoignages locaux obéissant à différentes pratiques et logiques discursives. Impulsée par des classes dirigeantes, des élites intellectuelles, des notables ou des entrepreneurs locaux, une telle « mémoire culturelle » est souvent pourvue d’une mission bureaucratique c’est-à-dire – au sens quasi littéral, souligné par Jan Assmann – dotée du pouvoir d’être administrée. Susceptible d’être reprise et réélaborée par d’autres acteurs et publics, parmi les populations ou les visiteurs de ces lieux,elle est finalement célébrée à travers des liturgies et de cérémonies qui peuvent affecter physiquement et mentalement les actions et les consciences de ses porteurs et spectateurs.

Programme

12 octobre

14h 15 – 14h 45 Présentation des journées

  • Henri Médard, Aix-Marseille Université, Directeur du site IMAf d’Aix-en-Provence, Discours d’ouverture
  • Gaetano Ciarcia, CNRS/IMAf, L’institution d’une mémoire culturelle des traites esclavagistes. Présentation des journées

Controverses, récits et discours

15h -18h 30 séance présidée par Fabio Viti, Aix-Marseille Université/IMAf

  • Renaud Hourcade, CNRS/ARÈNES, S’excuser pour le passé ? La place du repentir dans les mémoires européennes de l’esclavage
  • Martin Mourre, IMAf, Gorée, « couleur de sang caillé d’angoisse ». Histoire du temps présent et figuration de la traite atlantique

Pause

  • Christine Chivallon, CNRS/PASSAGES, Arts, patrimoine et stratégies de reproduction de l’élite traditionnelle en contexte postcolonial. L’exemple des plantations Clément et de La Pagerie à la Martinique
  • Anna Seiderer, Université Paris 8, Mises en récits de l’esclavage dans la Slave Lodge au Cap (Afrique du Sud)
  • Marie-Aude Fouéré, EHESS/IMAf , Zanzibar et son marché aux esclaves : l’émotion sans histoire ni mémoire ?

13 octobre

Mémoires en quête d’auteurs et d’acteurs

9h 30 -12h 30 séance présidée par Violaine Tisseau, CNRS/IMAf

  • Antonio de Almeida Mendes, Université de Nantes / Institut d’études avancées de Nantes, Mémoires de l’Afrique : traite esclavagiste et présences africaines au Portugal
  • Marie-Pierre Ballarin, IRD/URMIS, Sortir du silence ou le « tu » que l’on commence à « dire » : mémoire et revendications sociales des descendants d’esclaves dans le Kenya contemporain

Pause

  • Claire Cécile Mitatre, Université Paul-Valéry-Montpellier / École Polytechnique Paris-Saclay, Une mémoire sans stèle. Rejouer les fondements de la relation maîtres - esclaves sur la place d’un ancien marché des traites transsahariennes
  • Samuel Lempereur, ULB Bruxelles, Des mémoires contrastées. Dire l’esclavage à Ouidah et Abomey

Sites, cérémonies et dispositifs commémoratifs

14h - 16h 30 séance présidée par Sandra Fancello, CNRS/IMAf

  • Anne-Claire Faucquez, Université Paris 8, L’African Burial Ground Memorial à New York : commémoration et patrimonialisation de la mémoire de l’esclavage
  • Jérôme Souty, Université de Rio de Janeiro, Agencements rituels et formes locales d’appropriation du quai des esclaves de Valongo (Rio de Janeiro)

Pause

  • Gaetano Ciarcia, CNRS/IMAf et Jean-Christophe Monferran, CNRS/IIAC, Mises en scène émotionnelles sur les sites commémoratifs de l’esclavage (Bordeaux, Nantes, Guadeloupe). Projection d’images documentaires

Débat et clôture des journées

Contacts : Gaetano Ciarcia (ciarcia [dot] gaetano [at] wanadoo [dot] fr) et Cécile Vincenti (c [dot] vincenti [at] univ-amu [dot] fr)

Colloque
Du 12 au 13 octobre

Dans la même rubrique

Dernières brèves