Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

« Le monde des compagnies » — Boulogne-sur-Mer — Mercredi 23 septembre 2015 — Boulogne-sur-Mer — Mardi 3 octobre 2017

dimanche 1er octobre 2017, par Dominique Taurisson-Mouret

Les grandes compagnies de commerce dites compagnies à charte ou à privilèges du XVIIe siècle ne bénéficient pas dans l’historiographie d’une bonne image. Elles sont jugées peu efficaces voire inutiles et inadaptées. Les travaux de la fin du XIXe siècle et du XXe siècle les ont depuis longtemps condamnées. Il est nécessaire d’aborder autrement la question de leur place dans la première globalisation en les replaçant au cœur du dispositif d’expansion européen, et en privilégiant une démarche résolument comparatiste en prenant en compte les entreprises françaises, anglaises et hollandaises.

Pour ne regarder que celles qui s’intéressent à l’espace atlantique, le plus fortement concurrentiel, force est de remarquer qu’elles ont joué un rôle essentiel dans la colonisation de l’Amérique au XVIIe siècle, avec l’approbation de leurs gouvernements respectifs, et dans le développement du trafic transocéanique. Mais quoique soutenus par les états, dont elles ont obtenu des privilèges, elles n’en ont pas moins une existence propre, ce sont des entreprises privées supportées par des actionnaires qui en attendent des bénéfices. Leurs intérêts sont-ils d’ailleurs toujours les mêmes que ceux de l’Etat ?

Colloque
« Le monde des compagnies 1 : Structure et fonctionnement des grandes compagnies de commerce du premier XVIIe siècle »
Mercredi 23 septembre 2015

Cette première rencontre sera consacrée à l’organisation structurelle de ces compagnies afin de saisir les structures-type, les originalités régionales, et les influences d’un espace à l’autre. Deux autres rencontres en 2016 et en 2017 s’intéresseront aux actionnaires et aux dirigeants des compagnies, et à leurs rapports avec l’Etat.

Affiche de la Journée

23 septembre 2015, Boulogne-sur-Mer, Centre universitaire du Musée, Salle des actes

9h Eric ROULET (Université du Littoral) : présentation générale du projet sur les premières compagnies de commerce

Séance du matin : Organisation et finalités des compagnies

  • 9h10 Benjamin STEINER (Université d’Erfurt) : La première compagnie du Sénégal à Rouen (1633) : l’institutionnalisation du commerce africain privilégié sous l’administration de Richelieu
  • 9h50 Pieter EMMER (Université de Leyde) : La Compagnie néerlandaise des Indes Occidentales : instrument de guerre ou de l’économie ?
  • 10h45 Elodie PEYROL-KLEIBER (Université de Poitiers) : The Virginia Company of London
  • 11h25 Eric ROULET (Université du Littoral) : D’une compagnie à l’autre. Les statuts des premières compagnies françaises des Antilles (1626-1635)

Séance de l’après-midi : Modèles et influences

  • 14h Élisabeth HEIJMANS (Université de Leyde) : Pâle copie de ses homologues anglaise et hollandaise ? La Compagnie française de Guinée au sein d’un aperçu comparatif des compagnies de commerce européennes actives sur la côte occidentales d’Afrique à la fin XVIIe siècle
  • 14h40 Marion GODFROY (C.H.R.Q, Caen) : La France Equinoctiale et les compagnies sous l’impulsion de Lefevre de La Barre
  • 15h20-15h35 pause
  • 15h35 Helen DEWAR (Boston College) : Une rupture avec le passé ? La Compagnie de la Nouvelle France dans le contexte transatlantique des compagnies de commerce françaises au début du XVIIe siècle
  • 16h15 Amélia POLONIA (Université de Porto) : Construire un empire sans compagnies commerciales : le cas portugais – l’Atlantique versus l’Océan Indien

17h conclusion et fin des travaux

« Le monde des compagnies 2 : Actionnariat et stratégies d’investissement des grandes compagnies de commerce du premier XVIIe siècle »
Mardi 3 octobre

Coordination scientifique  : Eric ROULET

Les grandes compagnies de commerce dites compagnies à charte ou à privilèges du XVIIe siècle ne bénéficient pas dans l’historiographie d’une bonne image. Elles sont jugées peu efficaces voire inutiles et inadaptées. Les travaux de la fin du XIXe siècle et du XXe siècle les ont depuis longtemps condamnées. Il est nécessaire d’aborder autrement la question de leur place dans la première globalisation en les replaçant au cœur du dispositif d’expansion européen, et en privilégiant une démarche résolument comparatiste en prenant en compte les entreprises françaises, anglaises et hollandaises.

Pour ne regarder que celles qui s’intéressent à l’espace atlantique, le plus fortement concurrentiel, force est de remarquer qu’elles ont joué un rôle essentiel dans la colonisation de l’Amérique au XVIIe siècle, avec l’approbation de leurs gouvernements respectifs, et dans le développement du trafic transocéanique. Mais quoique soutenus par les états, dont elles ont obtenu des privilèges, elles n’en ont pas moins une existence propre, ce sont des entreprises privées supportées par des actionnaires qui en attendent des bénéfices. Leurs intérêts sont-ils d’ailleurs toujours les mêmes que ceux de l’État ?
Après une première rencontre consacrée à l’organisation structurelle de ces compagnies, la rencontre de 2017 propose de s’intéresser au financement de ces compagnies et en particulier aux actionnaires qui sont une nouveauté à cette époque, afin d’en cerner la pertinence et les raisons. Une troisième rencontre en 2018 ou 2019 traitera de leurs rapports avec l’État.

Dans la même rubrique

Dernières brèves