Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Séance du 17 mars du Séminaire : « Anthropologie des sociétés post-esclavagistes Recherches comparées à partir de la Caraïbe et des Amériques noires. Les figures de la soumission/résistance » (Paris, EHESS, 17/03/2014)

lundi 17 mars 2014, par Dominique Taurisson-Mouret

Séance du 17 mars du Séminaire : « Anthropologie des sociétés post-esclavagistes Recherches comparées à partir de la Caraïbe et des Amériques noires. Les figures de la soumission/résistance »

  • Marcel Dorigny, « L’abolitionnisme français face aux révoltes et insurrections serviles : le cas de Saint-Domingue »
  • Frédéric Régent, « Figures de la soumission et de la résistance dans les interrogatoires d’esclaves lors des procès »

Séminaire sous la dir. de Jean-Luc Bonniol, professeur à Aix-Marseille Université, Odile Hoffmann, directrice de recherche à l’IRD (TH), Marie-José Jolivet, directrice de recherche émérite à l’IRD (TH), Anne-Marie Losonczy, directrice d’études à l’EPHE (TH)

3e lundi du mois de 9 h à 13 h (salle 1, RdC, bât. le France 190-198 av de France 75013 Paris)

Ce séminaire s’intéresse à l’empreinte persistante de la colonisation esclavagiste sur les sociétés dont elle a provoqué la naissance ou affecté le devenir. Il s’est attaché durant les dernières années aux processus et aux conflits mémoriels actuels en liaison avec la prégnance et les limites des catégories servant à identifier les groupes et les individus, à la question des rapports de sexe et de genre liés à l’organisation familiale et, enfin, dans une visée réflexive, aux représentations écrites et imagées de ces sociétés, qu’elles émanent de l’intérieur d’elles-mêmes ou de l’extérieur.
Au cours de l’année 2013-2014, il poursuivra le propos entamé en 2012-2013 : examiner les figures sociales, politiques et symboliques de la soumission et de la subversion dans le contexte particulier des sociétés post-esclavagistes, non seulement à travers des usages contemporains de la mémoire de la domination et de la résistance dans l’action politique mais aussi dans la persistance des stéréotypes et des représentations culturelles soutenant ou subvertissant ces figures. De même, il s’intéressera aux divers statuts individuels, de groupe et de genre qui reconfigurent des formes de soumission ou de subversion liées à l’institution coloniale et esclavagiste. Il s’interrogera notamment sur les positions qui construisent ou légitiment les hiérarchies, dont les positions économiques ou politiques fondées sur l’accès et le contrôle des ressources, qu’elles soient matérielles –la terre, la production- ou immatérielles –le pouvoir rituel par exemple. Il traitera également les mobilités et les migrations comme stratégies de résistance à la sujétion.
De même que les années précédentes, nous serons attentifs aux modes de renversement ou de subversion des hiérarchies par la mise en récit, et l’acte expressif créateur, musical ou plastique, représenté comme acte de résistance.

Renseignements : secrétariat Mondes Américains, tél. : 01 49 54 20 85

Dans la même rubrique

Dernières brèves