Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Séminaire : Circulations des cultures d’opposition : Mouvements politiques et sociaux en Afrique et Madagascar (années 60s-70s) (Paris, CHS, 2012-2013)

jeudi 22 novembre 2012, par Dominique Taurisson-Mouret

Séminaire : Circulations des cultures d’opposition : Mouvements politiques et sociaux en Afrique et Madagascar (années 60s-70s) (Paris, 2012-2013)

Animé par Maria-Benedita Basto (Paris4/Ceaf), Françoise Blum (CHS), Pierre Guidi (Cemaf), Elikia M’Bokolo(Ceaf), Ophélie Rillon (Cemaf)

Le jeudi, une fois par mois, de 17h30 à 19h30, au CHS, 9 rue Malher 75004 Paris – 6e étage – Bibliothèque.

Il s’agit de la deuxième année d’un séminaire qui s’est donné pour but de développer les outils nécessaires à l’analyse des connexions extra et intra-africaines au carrefour desquelles se sont construits les mouvements politiques et/ou sociaux d’Afrique des années 1960 et 1970 (Révolution congolaise, mai 68 au Sénégal, révolution malgache de 72, mouvements de libération anti-coloniaux). Dans quelle mesure les discours et pratiques contestataires africains procèdent-ils de connexions transnationales ? Peut-on envisager l’émergence d’une culture d’opposition qui transcende les cadres nationaux et continentaux ? Comment peut-on écrire son histoire ?

On essaiera de mieux comprendre ce que ces mouvements doivent aux situations locales d’une part et, d’autre part à « l’esprit du temps », au Zeitgeist. Cela nous demandera aussi une confrontation avec les usages du terme « révolution ».

On s’intéressera aux lieux de rencontres internationaux, aux coopérations internationales, ainsi qu’aux réseaux panafricains, franco-africains et mondiaux (afro-asiatisme, Tricontinentale, Internationales syndicales panafricaines etc…). Des Africains étudient en France, dans les pays de l’Est et aux Etats-Unis. Des étudiants français séjournent ou vivent à Dakar et à Tananarive. Les leaders étudiants ou syndicaux voyagent à travers la planète. Les rencontres contribuent à la circulation des savoirs et des pratiques militantes. Les villes africaines deviennent des espaces cosmopolites où s’essaie un autre ordre du monde : y séjournent des mouvements de libération, des groupes dissidents, y circulent hommes, femmes, idées, se construisent des réseaux, s’organisent des réunions internationales. Car aux espaces géographiques se superposent des réseaux typographiques qui les reconfigurent. On s’intéressera également à la diffusion des livres, des revues et des journaux, en s’attachant à comprendre le succès de ceux qui sont alors des best-sellers mondiaux, à l’image du Petit livre rouge ou des Damnés de la terre.

Planning : Les trois années de ce séminaire sont conçues comme préparatoires à un colloque international qui se tiendra fin 2013 ou début 2014.

Le séminaire est ouvert à toutes et tous.

Contact : fblum chez univ-paris1.fr

Programme

  • 18 Octobre 2012 : Séance introductive, Laurent Jean-Pierre (Université Paris VIII), A quoi reconnaît-on une révolution ?
  • 29 novembre 2012 : Julien Hage (Université de Dijon), Les revues anti-impérialistes en France, circulations et renouvellement de la matrice idéologique de gauche et d’extrême gauche.
  • 20 décembre 2012 : Romain Tiquet (Humboldt universitat zu Berlin), Camille Evrard (Cemaf) : La mise en place d’une coopération française de sécurité et de défense en Afrique de l’Ouest : carrières et itinéraires croisés dans la police et l’armée à travers les Indépendances
  • 24 janvier 2013 : Maria-Benedita Basto, (Université Paris 4, Ceaf), Passages en revues : de Lotus à la Tricontinentale, repenser les connexions entre révolutions et avant-gardes
  • 21 février 2013 : Dominique Malaquais (Paris1, Cemaf), Festivals panafricains : du Festman au Panaf
  • 21 mars 2013 : Ophélie Rillon (Paris1, Cemaf), Le rôle des Soudanaises dans la construction d’un « panafricanisme au féminin » (1954-1960)
  • 25 avril 2013 : Pierre Guidi, (Paris1, Cemaf), Bahru Zewde (Université d’Addis Abeba) (sous réserve), Autour du moment révolutionnaire en Éthiopie. Genèse, maturation et éradication du mouvement étudiant (1950-1978)
  • 23 mai 2013 : Françoise Raison (Paris7, Sedet) et Irène Rabenoro (Université d’Antananarivo), A propos de la circulation des concepts
  • 20 juin 2013 : Cindy Morillas (Paris1, Cemaf) et Tania Smirnova (Paris1, Cemaf) : Étudiants et régimes autoritaires au Cameroun et au Niger (1960-1980) : perspective comparative

Dans la même rubrique

Dernières brèves