Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Séminaire Droit et contextes multiculturels (EHESS, Paris) // Séance du Lundi 18 mai 2015 (17h-19h) : Florence Renucci, « Les juristes à la rencontre des autres savoirs en contexte colonial (XIXe-XXe siècles) »

lundi 18 mai 2015, par Dominique Taurisson-Mouret

LE DROIT ET CONTEXTES MULTICULTURELS (XVIE-XXE SIÈCLE)

Dans les situations caractérisées par la co-présence de groupes porteurs de cultures et de modes de vie distincts, le droit constitue un instrument privilégié pour façonner un ordre à même d’assurer le maintien d’un certain équilibre social. Pris dans des interactions culturelles complexes qui se déploient, les techniques et les instruments juridiques dévoilent toute leur plasticité et leur adaptabilité et permettent de façonner des solutions originales, résultat des processus d’interaction et d’hybridation. Comment opère le droit dans ces contextes ? Comment le droit arrive-t-il à gérer la différence et à résoudre les conflits résultant de la rencontre de différentes cultures ? Quels sont les rapports de pouvoir qui président à la mise en place de ces nouvelles formes de droit ?

Pour cette première année de ce séminaire, ces questionnements nous serviront à explorer la production du droit dans les espaces ultramarins à la lumière de l’expansion européenne. Les pratiques de colonisation font ressurgir de manière forte – voire violente – la nécessité de gestion de l’hétérogénéité. En effet, les territoires dans lesquels les populations européennes s’installent sont déjà peuplés par une multitude de populations aux diverses traditions et aux coutumes. Il sera donc question d’interroger les pratiques quotidiennes du droit dans ces espaces, afin de découvrir les mécanismes qui président à la naissance d’un ordre juridique nouveau, résultant des compromis et arrangement qui se font « sur place ».

Programme

  • 1er décembre 2014 : Introduction générale = theme annuel [+ bibliographie]
  • 12 janvier 2015 : Kapil Raj : Gérer les différends dans une ville portuaire euro-asiatique : l’administration de la justice à Calcutta au XVIIIe siècle.
  • 2 mars 2015 : Silvia Falconieri : Contruire des statuts juridiques à partir du corps. Le cas des enfants nés outre-mer de parents inconnus (colonies françaises et italiennes, XIXe et XXe siècles).
  • 13 avril 2015 : Iza Hussin (Lecturer in Asian Politics à l’université de Cambridge et professeur invitée à l’EHESS), « Colonialism and the Muslim State : The Making of “Islamic Law” » [Texte disponible sur demande : raj chez ehess.fr]

This project undertakes a cross-regional comparison of India, Malaya and Egypt during the British colonial period, based upon extensive archival work in English, Arabic and Malay sources, in order to trace the transformation of Islamic law from an uncodified and locally administered set of legal institutions and laws with wide-ranging jurisdiction to a codified, state-centered system with jurisdiction largely over family law. This new Islamic law has endured into the post-colonial Muslim state, providing the frame within which Islam is articulated in many Muslim majority and minority states today, setting the agenda for legislation and social policy, and defining the limits of reform. The threads of secularism, colonial and Muslim modernities, and the rise of law as a mode of power run throughout the project and link it to critical debates in comparative politics, history, comparative law and Islamic studies - on how state power is constituted and maintained, on the capacity of even weakened local elites to shape political outcomes, on the potential of Islam to undergird and undermine political authority.
A few other thematic threads run through this work, the first being that transformations on a global scale were always realised at the local level.
The second is that the growth of the disciplinary capacities of the modern state was often accompanied by the destabilisation of its bases of authority.
Third, that the long life of institutions such as Islamic law contain a number of puzzles, most intriguing among them that its institutional marginalisation at the hands of the colonial state was accompanied by its symbolic centralisation, a paradox that was not remedied by the achievement of post-colonial independence.

  • 18 mai 2015

Florence Renucci (Chargée de Recherche au CNRS-Université Lille 2), « Les juristes à la rencontre des autres savoirs en contexte colonial (XIXe-XXe siècles) »

  • 1er juin 2015 : Discussion des travaux des participants et conclusions.

Contact

Pratique

1er lundi du mois de 17h à 19h (salle des artistes, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 1er décembre 2014 au 1er juin 2015. La séance du 5 janvier est reportée au 12 janvier (salle 5). À partir de février, les séances se dérouleront en salle 6 (105 bd Raspail 75006 Paris). La séance du 4 mai est reportée au 18 mai (salle 6). Séance supplémentaire le 13 avril (salle de réunion de l’IISMM, 96 bd Raspail)

Dans la même rubrique

Dernières brèves