Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Séminaire « Les populations noires en France : du préjugé de couleur à la color-blindness (XVIIe-XXIe siècle) » (Paris, Univ. Paris 8-AN) // Séance du 15/12/2016 : D. Sabbagh (Sciences Po CERI) et M. Bessone (Univ.Rennes I), « Race, racisme, discriminations : perspectives philosophiques »

jeudi 1er décembre 2016, par Dominique Taurisson-Mouret

  • Séminaire organisé par Audrey Célestine (Université Lille 3), Sarah Fila-Bakabadio (Université de Cergy-Pontoise), Françoise Lemaire (Archives nationales), Sylvain Pattieu (Université Paris 8), Emmanuelle Sibeud (Université Paris 8) et Tyler Stovall (Université de Californie, Santa Cruz)
  • Jeudi 15-18 h, Musée d’art et d’histoire (Saint-Denis) ou Archives nationales
  • Contact : esibeud chez univ-paris8.fr
    PDF - 117.2 ko
    Programme

    Depuis quelques années, des travaux étudient les formes de racialisation subies ou revendiquées par certains groupes dans la société française, en particulier par les populations noires. Ils invitent également à analyser les usages sociaux de la notion de race (entendue comme un fait social et non biologique) en France et ils interrogent de façon générale la place à accorder à la « question raciale » dans l’historiographie française. Quelle histoire sociale des populations noires ces travaux permettent-ils de construire ? Dans quelle mesure, la catégorie « populations noires » est-elle pertinente et que peut-elle apporter ? Sur le plan empirique, force est de constater que les groupes susceptibles de s’inscrire dans cette catégorie sont plus ou moins bien connus. Comment dépasser la réduction de cette catégorie à des élites sociales ou militantes souvent bien étroites ?
    Destiné aux étudiants de master, aux doctorants et aux chercheurs, ce séminaire réunit des chercheurs français américains spécialistes de la France, il est également le lieu d’un dialogue entre historiens, sociologues et spécialistes de science politique. Il sera consacré en 2016-2017 à la color-blindness supposée de la société française, en associant des travaux d’historiens retraçant l’histoire complexe et au long cours du préjugé de couleur et du racisme anti-noir en France et des approches partant des pratiques actuelles de discrimination.
    Plusieurs pistes sont explorées. La première concerne les liens et les échanges entre les formes coloniales et métropolitaines de racialisation. L’hypothèse de la continuité ou d’un emprunt mécanique qui ne cesserait d’être inconsciemment reconduit est d’un faible recours. Quelles sont les formes et les conséquences, éventuellement contingentes, des migrations vers la métropole ? Aux analyses univoques de la représentation française des Noirs, il importe de substituer une histoire sociale capable d’analyser la pluralité dynamique des positionnements. Dans la même logique, il faut se demander sur quelles pratiques sociales exactement vient se greffer la racialisation, qu’elle soit imposée, négociée ou revendiquée ? Les travaux existant invitent en particulier à examiner ses traductions dans le monde du travail.

Programme

  • 6 octobre : Introduction : Audrey Célestine, Sarah Fila-Bakabadio, Françoise Lemaire, Sylvain Pattieu, Emmanuelle Sibeud
  • 20 octobre : Emmanuelle Sibeud (Université Paris 8, IDHES), « Aménager la ligne de couleur. Les engagements et les combats de Blaise Diagne, député du Sénégal (1914-1934) »
  • 17 novembre : Pierre Boulle (McGill University, Montréal), « Lire entre les lignes : la vie des noirs en France au XVIIIe siècle ».
  • 1er décembre : Patrick Simon (Ined), « Où sont les noirs dans la statistique française ? Perspectives méthodologiques et épistémologiques à partir de plusieurs enquêtes récentes »
  • 15 décembre : Daniel Sabbagh (Sciences Po CERI) et Magali Bessone (Université Rennes I, IDA-Rennes), « Race, racisme, discriminations : perspectives philosophiques ».
  • 12 janvier : Emily Marker (Rutgers University - Camden), « Qu’est-ce que le racisme ? Un débat franco-africain dans l’après-guerre, 1945-1955 ».
  • 2 février : Jean-Frédéric Schaub (Ehess, CRBC), « Race et couleur : deux histoires parallèles ».
  • 23 février : Christelle Avril (Ehess, IRIS), « Des discriminations raciales aux pratiques de travail : le cas des aides à domicile de l’agglomération parisienne ».
  • 2 mars : Violaine Challeat-Fonck et Émilie Charrier (Archives nationales, Département Justice - Intérieur) : « La surveillance des coloniaux au XXe siècle, à partir des fonds de la Sûreté (Ministère de l’Intérieur, France) », séance aux Archives nationales.
  • 9 mars : François Bonnet (CNRS, UMR Pacte), « Comment la police parle en public des minorités en France, en Italie et aux Pays-Bas ».
  • 23 mars : « Littérature(s) noire(s) ? Usages et catégories », Journée d’étude.
  • 20 avril : Ary Gordien (Université Paris – Descartes, CANTHEL), « L’implicite racial de l’affirmation identitaire guadeloupéenne ».
  • 4 mai : Maxime Cervulle (Université Paris 8, CEMTI), « L’identité blanche et sa critique. À propos de l’ouvrage Dans le blanc des yeux : diversité, racisme et médias ».
  • 18 mai : Stéphanie Mulot (Université Toulouse Jean Jaurès, CERTOP), « ‘Vous êtes métisse ou vous êtes chabine ?’ Couleur, assignations et négociations identitaires en Guadeloupe ».

Dans la même rubrique

Dernières brèves