Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Séminaire : Pour une histoire sociale de l’Algérie colonisée (CHS, Paris, 2012-2013)

lundi 8 octobre 2012, par Dominique Taurisson-Mouret

Pour une histoire sociale de l’Algérie colonisée : programme 2012-1013 du séminaire organisé par Emmanuel Blanchard et Sylvie Thénault avec le soutien du CESDIP (UMR 8183) et du CHS (UMR 8158)

Les séances ont lieu dans la bibliothèque du Centre d’histoire sociale, 9 rue Malher, 6e étage (Métro Saint Paul), généralement le 1er mercredi du mois (sauf en octobre, mercredi 10 octobre. Pas de séminaire en mars et mai), de 17h30 à 19h30.

Pour cette cinquième année de séminaire, nous continuerons notamment le double-projet de revisiter l’analyse des relations sociales entre populations dans l’Algérie colonisée et de mettre au jour la fabrique des groupes sociaux en situation coloniale.

Ce programme reste d’actualité car, en raison de la place de la guerre d’indépendance dans l’historiographie de l’Algérie, une forme d’histoire contrefactuelle a irrigué de nombreux travaux : que serait-il advenu si les « occasions manquée » avaient été saisies ?

Les violences des années de guerre occultent-elles la quotidienneté de rapports sociaux pacifiés, balayés par cette période finale ? Ainsi l’historiographie de l’Algérie a-t-elle suivi une trajectoire spécifique. Cette dernière sera l’un des objets du séminaire, avec une interrogation : en quoi est-elle, en effet, le reflet d’une spécificité de la situation coloniale algérienne en elle-même ?

Loin des questionnements spécifiques à l’Algérie, il s’agira aussi de rendre compte d’historicités multiples, à travers des études de cas renouvelant l’historiographie. L’objectif est de s’écarter de l’histoire politique qui a dominé ces dernières décennies. Il bénéficie d’une convergence de facteurs favorables : le passé de l’histoire sociale de l’Algérie colonisée, riche de références et d’auteurs, mais aussi le foisonnement et l’internationalisation historiographique actuels.

  • 10 octobre : Hélène Blais (U. Paris Ouest Nanterre - IUF) : « L’Algérie mise en cartes : inventions géographiques en situation coloniale »
  • 7 novembre : M’hamed Oualdi (INALCO), « Alger à la marge ? Institutions coloniales et intermédiaires sociaux dans un conflit de succession entre Tunis et Florence à la fin du XIXe siècle »
  • 5 décembre : Valérie Assan (Université Paris 1) : « Les élites juives dans l’Algérie coloniale du XIXe siècle »
  • 9 janvier : Amar Mohand-Amer (CRASC Oran) : « 1962 : le retour à la vie quotidienne des moudjahidines du FLN »
  • 6 février : Julie Le Gac (ISP-ENS Cachan) : « Fissures d’Empire : la mobilisation de l’Algérie pour la Libération (1942-1945) »
  • 3 avril : Andrea Brazzoduro (Università di Roma « La Sapienza ») : « Soldats sans cause. Mémoires d’appelés »
  • 5 juin : Pierre-Jean Le Foll-Luciani (Université Rennes 2) : « Les Juifs d’Algérie en 1956 »
  • 26 juin (sous réserve) : Joshua Cole (Université du Michigan) : « Les avenirs abandonnés : les destins perdus des projets de réforme politique en Algérie entre-deux guerres »

Dans la même rubrique

Dernières brèves