Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Vient de paraître : Abel A. Louis, Jean-Pierre Eugène Clavier. Premier homme de couleur membre du Conseil colonial et de la Cour d’appel de la Martinique (1810-1863), L’Harmattan, 2016

dimanche 27 mars 2016, par Dominique Taurisson-Mouret

Présentation éditeur :

« Jean-Pierre Eugène Clavier (1810-1863), seul homme de couleur membre du Conseil colonial de la Martinique, premier métis à siéger au sein de la Cour d’appel de l’île, a été représentatif d’une élite sociale coloniale, en l’occurrence de la grande bourgeoisie foyalaise. Ce juriste de formation, avocat, a été aussi le plus important propriétaire d’habitations sucreries de l’ancienne composante des libres de couleur entre 1845 et 1860. Évoquer son parcours au sein d’une société esclavagiste et post-esclavagiste, c’était aborder ses origines, son milieu social, ses aspirations, ses choix, son positionnement sur des sujets sensibles à l’époque : l’égalité avec les blancs, l’abolition de l’esclavage, l’exercice de la citoyenneté (politique) après 1848. Le déinir ou tenter de le faire, c’était aussi s’intéresser à cette moyenne et grande bourgeoisie qui caractérisait plusieurs membres de sa famille et de ses proches : les Clavier, les Didier, les Déproge, Quiqueron, Sully ou Mana notamment. De son choix et de leurs choix, le Second Empire en tira proit. Cautionnant le tournant conservateur de ce régime politique, Clavier et ses amis ont tenté d’exercer, même à minima, une citoyenneté politique qui leur permit de rebondir après les avancées éphémères obtenues sous la Deuxième République. S’associer au pouvoir politique local semble avoir été un leitmotiv permanent pour ceux qui avaient acquis l’égalité politique en 1833 et été pour nombre d’entre eux les « défenseurs » de la zone grise en Martinique. »

Abel A. Louis est docteur en histoire, membre du laboratoire de recherches AIHP et membre associé du CRHIA. Auteur d’un dernier ouvrage sur les élites sociales en Martinique (2015), Marchands et négociants de couleur à Saint-Pierre (1777-1830), il est aussi spécialiste de la question des libres de couleur dans les sociétés esclavagistes francophones de la période 1635-1848. »

Dans la même rubrique

Dernières brèves