Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Vient de paraître : Aurélie Choné, : Destination Inde. Pour une géocritique des récits de voyageurs germanophones (1880-1930), Champion, 2015

lundi 4 janvier 2016, par Dominique Taurisson-Mouret

Présentation éditeur :

Dans le sillage du tournant géographique qui touche les sciences de l’homme et de la société depuis les années 1980, le présent ouvrage analyse la « géographie imaginée » de l’Orient indien (Inde et Ceylan) telle que les récits de voyageurs germanophones la restituent entre 1880 et 1930. Il mobilise les outils de la géocritique pour faire dialoguer deux types de récits de voyage, d’inspiration littéraire et ethnographique, et mettre au jour leurs points de convergence et la part de fiction inhérente à la représentation d’un espace à la fois géographique et culturel. L’intégration dans le corpus de textes oubliés ou peu connus permet de donner du champ et de la profondeur à l’étude tout en révélant l’importance de la destination Inde dans la construction de l’imaginaire culturel germanique. L’ouvrage pose en outre la question de la possibilité et du sens du voyage en Inde à une époque où celui-ci devient pour ainsi dire standardisé, favorisant l’uniformisation croissante du monde, mais en même temps la différenciation des expériences de l’altérité. Il intéressera non seulement les germanistes et les indianistes, mais également les spécialistes d’histoire culturelle et (post)coloniale, d’histoire des représentations et de littérature (comparée) et, bien sûr, tous les amoureux de l’Inde.

Spécialiste des transferts culturels entre Inde et Europe ainsi que des relations entre littérature et spatialité dans l’espace germanophone, Aurélie Choné enseigne la littérature et l’histoire des idées au département d’études allemandes de l’Université de Strasbourg. Elle a publié aux Presses Universitaires de Strasbourg Rudolf Steiner, Carl Gustav Jung, Hermann Hesse. Passeurs entre Orient et Occident (2009), dirigé aux éditions Orizons Villes invisibles et écritures de la modernité (2012) et co-dirigé (In)visibles cités coloniales (2014) et Capitales de l’ésotérisme européen et dialogue des cultures (2014).

Dans la même rubrique

Dernières brèves