Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Vient de paraître : Catherine Losier, Approvisionner Cayenne sous l’Ancien Régime. Archéologie et histoire des réseaux commerciaux, Sidestone Press, 2016

lundi 30 mai 2016, par Dominique Taurisson-Mouret

Présentation éditeur :

« Cet ouvrage documente le réseau commercial de la Guyane de l’Ancien Régime par l’analyse du mobilier archéologique issu des fouilles de six habitations guyanaises, de même que par l’exploitation des archives de la correspondance officielle de la Guyane entre 1688 et 1794 qui fournissent des informations essentielles quant au trafic maritime associé au port de Cayenne. Ces données apportent des renseignements nouveaux sur l’organisation commerciale de même que sur les liaisons extérieures d’une colonie située à la périphérie de l’aire circumcaraïbe au cours XVIIe et XVIIIe siècles. Plus largement, elles intègrent une réflexion sur la mondialisation qui s’est mise en place quand les empires européens lancèrent leurs entreprises de colonisation, rendant les différentes parties du monde de plus en plus interdépendantes.
L’analyse des collections archéologiques, et le contraste qu’elles offrent quant à la compréhension de l’approvisionnement de la Guyane, permettent d’identifier des réseaux entre la colonie française sud-américaine et les territoires caribéens et nord-américains. Au cours de la deuxième moitié du XVIIIe siècle, ces réseaux sont devenus une alternative au grand commerce est-ouest qui était si souvent insatisfaisant pour les habitants de Cayenne et des environs. Les informations offertes par les registres archéologiques et historiques ont été amalgamées pour mettre en évidence l’influence des habitants de la Guyane sur l’économie du monde moderne. En effet, les colons n’étaient pas les témoins d’une politique économique centrale. Leur réaction face aux projets de la Couronne, et face aux situations parfois tragiques, comme le dénouement de l’expédition de Kourou, a pu modifier l’économie du monde atlantique, hors du contrôle des métropoles. L’influence d’une colonie marginale sur le commerce atlantique se trouve ainsi éclairée. »

Catherine Losier est professeur à Memorial University of Newfoundland au Canada

Dans la même rubrique

Dernières brèves