Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Vient de paraître : Couleurs, esclavages, libérations coloniales. Réorientation des empires, nouvelles colonisations Europe, Amériques, Afrique (1804-1860), 2013

mercredi 4 décembre 2013, par Dominique Taurisson-Mouret

Vient de paraître : Couleurs, esclavages, libérations coloniales. Réorientation des empires, nouvelles colonisations Europe, Amériques, Afrique (1804-1860), Claire Bourhis-Mariotti, Marcel Dorigny, Bernard Gainot,Marie-Jeanne Rossignol & Clément Thibaud (dir.), Editions Les Perséides, 2013.

416 p., 28 €, ISBN : 978-2-915596-96-0

La thématique développée dans cet ouvrage est la mutation paradoxale du système colonial européen hérité des « découvertes » de la fin du XVe siècle durant la période 1804-1860, avant que ne se réalisent à grande échelle les nouvelles conquêtes européennes et que ne s’ouvre une nouvelle ère « impérialiste ». Phénomène global, cette mutation a affecté les trois aires géographiques du monde atlantique, mais aussi les sociétés coloniales de l’océan Indien. La nouvelle orientation coloniale reposait sur trois postulats : abolir la traite et l’esclavage, à la fois au nom des droits de l’homme et de la recherche d’une efficacité économique maximale, dans le cadre des nouvelles conceptions de la division du travail, du salariat, de la mécanisation et des échanges internationaux ; implanter en Afrique des « établissements », agricoles et commerciaux, afin de mettre en valeur ce continent — désormais épargné par le fléau de la traite négrière — selon les normes et les méthodes de l’Europe qui se donnait dès lors la « mission de civiliser » l’Afrique en lui apportant ses Lumières ; redéfinir les relations de travail au sein même des « anciennes colonies » pour perpétuer le cadre de la monoculture extensive, en ayant recours à des contrats de location de la force de travail, ou de partage inégalitaire des produits de la récolte. Cette large perspective révèle la cohérence de cette période cruciale longtemps négligée par l’historiographie, pendant laquelle se met en place l’arsenal idéologique des colonisations futures.

Tout l’agenda

Dans la même rubrique

Dernières brèves