Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Vient de paraître : Jean-Louis Margolin et Claude Markovits, Les Indes et l’Europe. histoires connectées XVe-XXIe siècles, Gallimard, 2015

mardi 21 avril 2015, par Dominique Taurisson-Mouret

  • Folio Histoire, 14,90€ / 976p

« Le livre présenté ci-dessous vient combler une lacune depuis longtemps ouverte dans la bibliographie française. Tenant compte des très importants acquis de ces dernières décennies, et en particulier de l’œuvre considérable des nouveaux historiens asiatiques, il transcende le débat épuisé colonialisme/anticolonialisme, ainsi que les frontières nationales, qui ont si souvent guidé les choix historiographiques tant européens qu’asiatiques. Il s’agit d’aborder cette connection intercontinentale multiforme, et sans cesse reformulée, au niveau plurinational aussi bien qu’à celui des groupes humains les plus ténus, des institutions, des entreprises, des lobbies, des individus. Rompant avec les problématiques de la domination, sans pour autant rejeter la notion, il insiste sur la « co-construction » des sociétés coloniales par les collectivités variées qui les constituaient, et dont la prise en compte brouille constamment la trop facile dichotomie colonisateurs/ !
colonisés. »

Jean-Louis Margolin

Présentation éditeur :

« Les Indes ? Ce sont l’Asie du Sud (Inde, Pakistan, Bangladesh, Népal, Bouthan, Ceylan et Maldives) et l’Asie du Sud-Est (péninsule dite « indochinoise », Birmanie comprise, guirlande insulaire de Sumatra jusqu’aux Moluques – Indonésie, Philippines, Brunei, Timor – Malaisie et Singapour constituant une zone de transition).
Pourquoi connecter en une seule histoire L’Europe et ces deux sous-régions, si différentes entre elles ? Les relations commerciales et culturelles qui reliaient étroitement les pays d’Asie méridionale, en particulier le commerce des tissus indiens qui servaient de monnaie d’échange, renforcent chez les Européens, lorsqu’ils arrivent et installent des comptoirs à partir de la fin du XVe siècle, la perception qu’il n’y a là qu’une seule région. Ils l’appellent désormais les Indes. Alors, c’est l’histoire d’une rencontre ? Au milieu du XVIIIe siècle, la présence européenne revêt une autre dimension avec la colonisation anglaise de l’Inde, espagnole des Philippines, hollandaise de Java. Mais l’Asie du Sud-Est dans sa masse ne passe sous l’imperium de l’Europe qu’à la fin du XIXe siècle. Evénement devenu majeur au fil des siècles, cette colonisation donne lieu en Europe à une connaissance anthropologique des langues, grammaires, religions et civilisations asiatiques. En Asie, très précocement, les métissages entremêlent peuples et cultures, et la complexité des interactions interdit à l’historien toute opposition binaire entre Orient et Occident. Les sociétés coloniales elles-mêmes sont la production, commune et conflictuelle, des Européens et des autochtones. Ecrire l’histoire de cette rencontre et de ses modalités si variées, tout en rompant avec des historiographies étroitement nationales, est un défi que relèvent Jean-Louis Margolin et Claude Markovits. »

Claude Markovits, spécialiste de l’Inde coloniale et contemporaine, est directeur de recherche émérite au CNRS.

Jean-Louis Margolin est maître de conférences en histoire contemporaine à Aix-Marseille Université. Chercheur à l’Institut de Recherches Asiatiques (IrASIA / CNRS), et initialement spécialiste de Singapour, il étudie les contacts commerciaux, culturels et coloniaux entre l’Europe et l’Asie du Sud-Est. Il se consacre également à l’analyse des violences de masse en Asie orientale au XXe siècle, aux effets de la mondialisation dans cette partie du monde, ainsi qu’à l’émergence de Singapour, de Taiwan et de la Corée du Sud.

Table des matières

  • Introduction
  • Chapitre I : Entre religion, guerre et commerce : les Ibériques en Asie méridionale (1498‑1665)
  • Chapitre II : Les nouveaux acteurs européens et leur impact sur la scène sud-asiatique (1600‑1760)
  • Chapitre III : Jeux de miroirs. Perceptions mutuelles et influences réciproques entre Européens et habitants de l’Asie méridionale (1498‑1750)
  • Chapitre IV : Les fondements et les agents de la domination européenne en Inde de 1765 à 1947
  • Chapitre V : Résistances et limites à la domination européenne en Inde
    Résistances politico-militaires pendant le « Premier Siècle Colonial » (1765‑1858)
  • Chapitre VI : La mainmise européenne sur l’Asie du Sud-Est : de l’affrontement à l’évitement
  • Chapitre VII : La colonisation européenne en Asie du Sud-Est : les fondements économiques (c. 1800‑1942)
  • Chapitre VIII : La colonisation européenne en Asie du Sud-Est : le jeu des acteurs et les institutions (c. 1800‑1942)
  • Chapitre IX : Les étapes de la déprise (c. 1910-c. 1960)
  • Chapitre X : L’Inde et l’Asie du Sud-Est en Europe : les effets en retour de la domination
  • Épilogue : Après la colonisation
  • Conclusion : De quelques bons usages de l’histoire connectée
  • Attachée de presse : Frédérique ROMAIN
  • 01 49 54 43 88 / 15 66
  • e-mail : frederique.romain chez gallimard.fr
  • Editions Gallimard – 5, rue Gaston Gallimard 75328 Paris cedex 07

Tout l’agenda

Dans la même rubrique

Dernières brèves