Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Vient de paraître : Jehanne-Emmanuelle Monnier, Profession explorateur. Alfred Grandidier, 1836-1921, PUR, 2017

lundi 24 avril 2017, par Dominique Taurisson-Mouret

  • Collection Histoire, 264 p. ISBN : 978-2-7535-5311-8 Prix : 20 €.
    Préface d’Évelyne Combeau-Mari.
  • Publié avec le soutien du CRESOI-Centre de recherches sur les sociétés de l’océan Indien

Présentation éditeur :

« Au XIXe siècle, au moment où sont comblés les derniers « blancs » de la carte mondiale, l’explorateur est appelé à jouer un rôle fondamental. Mais, au-delà du mythe, qu’est-ce qu’un explorateur ? Comment le devient-on ? À qui et comment communique-t-on ses découvertes ? Pour quelles finalités ? Des stages préparatoires dispensés par le Muséum d’histoire naturelle aux collectes et relevés sur le terrain, des palabres avec les autochtones à la correspondance entre savants, des conférences à la Société de Géographie aux cartes dressées pour une conquête armée : l’itinéraire professionnel d’un explorateur apparaît riche et varié, donnant lieu à de nombreux développements que cet ouvrage invite à découvrir. De ce point de vue, la carrière d’Alfred Grandidier offre une voie d’entrée aussi originale qu’emblématique dans l’univers de l’exploration scientifique au XIXe siècle, de l’Amérique du Sud à Madagascar en passant par l’Inde. Héritier de la science des Lumières et précurseur de la science coloniale qui s’épanouira au début du XXe siècle, le parcours d’Alfred Grandidier incarne cette période charnière dans toute sa complexité, de la brousse aux institutions scientifiques parisiennes. Dans une vision historique renouvelée, qui questionne l’évolution de l’exploration scientifique durant le XIXe siècle en France, puisant dans l’histoire des sciences, l’histoire coloniale et l’histoire culturelle, cette étude insiste particulièrement sur la formation de l’explorateur, sur les aspects matériels et quotidiens des expéditions, mais aussi sur la construction de la carrière et de l’image du savant voyageur, jusqu’à son legs intellectuel. »

Jehanne-Emmanuelle Monnier a soutenu une thèse à l’université de La Réunion en 2013. Elle est l’auteur de cinq ouvrages consacrés à l’histoire de l’océan Indien.

Lire/Écouter
Du 1er au 30 avril

Dans la même rubrique

Dernières brèves