Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Vient de paraître : O. Goerg & A. Pondopoulo (éds.), Islam et sociétés en Afrique subsaharienne à l’épreuve de l’histoire. Un parcours en compagnie de Jean-Louis Triaud, Karthala, 2012,

vendredi 4 mai 2012, par Dominique Taurisson-Mouret

Vient de paraître : O. Goerg & A. Pondopoulo (éds.), Islam et sociétés en Afrique subsaharienne à l’épreuve de l’histoire. Un parcours en compagnie de Jean-Louis Triaud, Paris, Karthala, 2012.

Durant sa longue carrière, Jean-Louis Triaud a creusé plusieurs sillons centrés sur la connaissance des sociétés musulmanes en Afrique de l’Ouest et au-delà. Cet ouvrage reflète les domaines couverts et développés dans ce cadre universitaire : modalités d’expansion de l’islam, manifestations culturelles et religieuses, personnalités marquantes... Ils forment
le cœur de ce livre publié en sa compagnie. La continuité des thèmes qui ont alimenté cette réflexion a donné la possibilité à plusieurs de ses collègues, élèves et amis de réunir leurs contributions pour souligner le sens que la progression dans ces thématiques a eu pour leur parcours intellectuel respectif. Collaborent particulièrement à cet ouvrage plusieurs enseignants-chercheurs d’universités africaines qui ont maintenu fidèlement le lien avec
leur directeur de recherche.

A travers les études des « lieux », des « objets » (tels le livre, la langue, la lettre) et des « figures » de l’islam, les auteurs offrent de nouvelles interprétations des espaces musulmans dans le Sahara et dans le Sahel, traversés par les flux migratoires, par de nouvelles idées, parfois par des pulsions jihadistes. Des phénomènes gels que la « réislamisation » et la « laïcité », mais aussi les combats de différents acteurs musulmans pour leur statut et leurs idéaux se trouvent au centre de l’ouvrage. Ce livre apporte des regards nouveaux sur l’histoire des « confréries » et de leurs « réseaux », sur les rapports entre les pouvoirs et les institutions islamiques.

Le trait commun de toutes les contributions, qui portent principalement sur l’Afrique occidentale mais aussi orientale et septentrionale, est leur regard d’historien marqué par une réflexion sur le sens et la portée de ce métier.

Odile Goerg est professeure d’histoire de l’Afrique à l’université Paris Diderot-SEDET. Ses recherches, d’abord centrées sur la Guinée et la Sierra Leone, portent désormais sur l’Afrique occidentale dans une perspective comparatiste. Spécialiste d’histoire urbaine, elle s’intéresse à la diffusion des loisirs, en particulier du cinéma comme pratique sociale et enjeu politique.

Anna Pondopoulo est historienne. Elle enseigne l’histoire des sociétés peules et l’histoire de l’islam et des sociétés musulmanes au sud du Sahara à l’INALCO. Ses recherches portent sur l’histoire des études orientales et africaines, notamment sur l’histoire de l’École des langues orientales vivantes (Pris), sur la construction des identités peules, sur les relations entre la Russie et l’Afrique.

Table des matières

1. Anna Pondopoulo, Un parcours en compagnie de Jean-Louis Triaud

2. Odile Goerg, « Le pays où les oranges sont vertes »

Première partie - Construire les catégories et les identités

3. Catherine Coquery-Vidrovitch, Les catégories de désignation des Africains dans l’histoire (noir, nègre, sujet, indigène...)

4. Hamidou Diallo, Islam, pasteurs et agriculteurs au Sahel (Burkina Faso) au XIXe siècle. Les fondements des regards mutuels

5. Jean-Claude Penrad, Islam et swahilité. Flux et reflux

6. Jacqueline Sublet, Des animaux et des hommes : autruche, antilope, gazelle, serpent. Noms et surnoms de quelques animaux du désert en arabe au XIIe siècle

7. Joël Glasman, La mémoire de l’uniforme. Langage policier et enjeu professionnel au Togo

Deuxième partie - Le temps de la Tijaniyya, le temps colonial (XIXe et XXe siècles)

8. Said Bousbina, Tabkiyat Al-Bakkay. Une lettre « lacrymogène » de Yerkoy Talfi à Ahmad Al-Bakkay. Le plaidoyer d’un défenseur de la Tijaniyya

9. Jillali El Adnani, Shaikh Lakhdar, ou les origines de la Tijâniyya Hamawiyya revisitées. L’archéologie d’un projet et d’une figure

10. Addo Mahamane, Sarauniya Mangu. Réintégrer une héroïne de la lutte anti-coloniale dans l’historiographie nigérienne

11. Boukary Mathias Savadoco, Les rapports du capitaine André (1923) et le déclenchement de la répression contre la Tijaniyya Hamawiyya

12. Maikoréma Zakari, Le développement de la Tijâniyya Ibrahimiyya au Niger

Troisième partie - Enjeux contemporains : les réislamisations en question

13. Adriana Piga, Mouvements migratoires et renouvellement des réseaux confrériques à l’heure de la mondialisation (Sénégal, Afrique de l’Ouest)

14. Bakary Traoré, Al-Hajj Marhaba Saganogho (1891-1981). La quête de positionnement d’un lettré musulman à Bobo-Dioulasso

15. Souley Hassane, Réislamisation et politique des langues au Niger et au Nord-Nigeria. Les enjeux de la traduction du livre et de la prédication islamiques

16. Hamadou Adama, La mosquée au Cameroun. Espace public ou espace privé ?

17. Marie Miran-Guyon et El Hadj Moussa Touré Islam, autorité religieuse et sphère publique en Côte d’Ivoire. La figure emblématique du cheikh Aboubacar Fofana

18. Issa Cissé, Enseignement confessionnel musulman et laïcité au Burkina Faso

19. Abdourahmane Seck, Le Sénégal sous Wade ou l’incertain retour de la question laïque

20. Pierre Boilley, AQMI et le terrorisme islamique au Sahel. Isolement ou enracinement ?

Quatrième partie - Recherches et controverses

21. Anna Pondopoulo, Les « dialectes soudanais » à l’École des langues orientales au tournant des XIXe et XXe siècles. Les hommes, les politiques, les choix

22. Vincent Bonnecase, « Jean-François Triaud » au Niger ou comment écrire sur l’Afrique coloniale dans les
années 1970

23. Francis Simonis, À propos d’un article que je n’écrirai jamais

Cinquième partie - Documents à propos de Jean-Louis Triaud

  • Jalons biographiques
  • Liste des publications
  • Directions de travaux
  • Notices biographiques des auteurs
  • Table des matières

Dans la même rubrique

Dernières brèves