Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Vient de paraître : Pierre Vermeren, La France en terre d’islam. Empire colonial et religions (XIXe-XXe siècles), Belin, 2016

jeudi 10 mars 2016, par Dominique Taurisson-Mouret

  • 288 p. ISBN : 978-2-7011-9664-0 Prix : 23 €

Présentation éditeur :

« Si le radicalisme musulman et le terrorisme islamique nous inquiètent depuis les années 1980, une nouvelle spirale négative s’est enclenchée qui a conduit aux tueries de janvier et novembre 2015 à Paris. À écouter les commentateurs et les responsables politiques, on croirait que la France n’a jamais côtoyé l’islam. Pourtant, l’empire colonial fut un formidable « laboratoire », près d’un siècle et demi durant, pour aborder les questions religieuses. Comment instaurer des modes de coexistence ? Comment réguler les relations entre Islam, confréries musulmanes, chrétiens et juifs ? Ce fut le souci quotidien de générations d’officiers et d’administrateurs, sous la houlette des autorités politiques françaises.Cet ouvrage propose une relecture globale de cette expérience unique et de ce que furent les pratiques en œuvre dans le cœur battant de l’empire colonial : les terres « arabes » et « arabo-berbères ». Il raconte la découverte de l’islam par la France coloniale au début du XIXe siècle, les aléas de la protection des chrétiens d’Orient et les réalités de la politique du « royaume arabe » ou à l’égard du judaïsme ; il analyse enfin la manière dont la République, quoique laïque, s’est essayée à reconstruire les religions en Afrique du Nord et ce que furent leurs réactions, en particulier la montée du salafisme, à l’heure où s’annonçait la décolonisation.Notre héritage colonial pèse encore sur notre histoire présente. En saisir les complexités ne peut que nous aider à mieux affronter les problèmes de notre temps, en particulier la question religieuse, qu’on croyait à tort apaisée. À cet égard, ce livre est une contribution essentielle. »

Pierre Vermeren, né en 1966, est normalien et agrégé d’histoire. Il a enseigné sept ans à Rabat et il est actuellement maître de conférences en histoire du Maghreb contemporain à l’université Paris-I Panthéon-Sorbonne et membre du Centre d’études des mondes africains. Il est notamment l’auteur, à La Découverte, de Le Maroc en transition (2001), Histoire du Maroc depuis l’indépendance (coll. « Repères », 2002), La Formation des élites marocaines et tunisiennes. Des nationalistes aux islamistes, 1920-2000 (La Découverte, 2002) ; et de Maghreb, la démocratie impossible (Fayard, 2004).

Dans la même rubrique

Dernières brèves