Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Vient de paraître : Samir Saul, Intérêts économiques français et décolonisation de l’Afrique du Nord (1945-1962), Droz, 2016

dimanche 6 mars 2016, par Dominique Taurisson-Mouret

  • Collection Publications d’histoire économique et sociale internationale, vol. 35, 2016, 768 p. ISBN : 978-2-600-01899-9 Prix : 69 € (existe aussi en version électronique)

Présentation éditeur :

Lire la recension d’Adam Barbe sur le site « La vie des idées »

« Ce livre engage une enquête approfondie sur l’activité économique française en Afrique du Nord à la veille de la décolonisation. Mettant à contribution un vaste ensemble de fonds publics, de papiers privés et d’archives du monde des affaires, il participe de l’histoire des relations internationales, de l’histoire coloniale/d’outre-mer et de l’histoire des entreprises.
Vérifier l’existence d’une relation entre les intérêts économiques français et l’accession à l’indépendance du Maghreb est au cœur de la démarche. Il s’agit de déterminer si l’Afrique du Nord avait cessé d’être rentable, et si les milieux d’affaires et l’Etat métropolitain s’en étaient départis pour des motifs économiques.
L’enquête conduit au constat que l’économie nord-africaine demeure attractive et que les intérêts économiques français ne favorisent pas la décolonisation. Ni les milieux d’affaires ni les pouvoirs publics n’obéissent à une logique d’élagage.
Les implications de cette conclusion sont de deux ordres : d’abord, le capitalisme n’est pas décolonisateur, nonobstant une tendance récente à croire le contraire ; ensuite, les mouvements nationalistes maghrébins conservent leur centralité comme vecteurs de la décolonisation. »

Table des matières

Samir Saul est professeur d’histoire des relations internationales (Département d’histoire, Université de Montréal). Ses centres d’intérêt sont la France et le monde arabe. Ses investigations portent sur les rapports entre les dimensions politique et économique sur le plan international. En histoire économique, il étudie les mouvements de capitaux, le commerce international et l’histoire des entreprises. Il est membre fondateur et coordonnateur du Groupement interuniversitaire pour l’histoire des relations internationales (GIHRIC).

Dans la même rubrique

Dernières brèves