Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Vient de paraître : Simone Dreyfus-Gamelon et Patrick Kulesza (dir.), Les Indiens d’Amazonie face au développement prédateur. Nouveaux projets d’exploitation et menaces sur les droits humains, L’Harmattan, 2015

jeudi 17 mars 2016, par Dominique Taurisson-Mouret

Présentation éditeur :

« Qu’en est-il des Indiens d’Amazonie en ce début du troisième millénaire ? Ce livre fait admirablement le point, et tout de suite on est frappé par un paradoxe. L’Amérique du Sud se figure ne plus être la même, mais plus elle change, plus c’est la même chose. La politique d’assimilation des autochtones, souvent codée sous le nom d’« intégration », c’est-à-dire celle qui enjoignait à l’État de dissoudre toute différence culturelle ou historique, disparaît des nouveaux textes constitutionnels. Certaines de ces constitutions proclament leur fierté de la richesse procurée par la diversité culturelle des peuples qui composent les différentes nations. Le droit international a accompagné et stimulé ces changements de cap et la Convention 169 de l’OIT (1989), signée par six pays qui se partagent l’Amazonie prescrit la consultation libre et informée des peuples autochtones et tribaux préalable à toute politique ou projet de développement qui les affecte. Elle impose leur participation dans la formulation de ces politiques et projets. Avec une telle panoplie légale, on pourrait penser que les droits des autochtones d’Amazonie sont désormais respectés. Il n’en est rien. Les droits fondamentaux, ceux qui peuvent assurer la survie des peuples autochtones, ont trait aux territoires et à leurs ressources. Et c’est sur ce terrain que les choses se passent et tous ces États font place, en quelque mesure, à des exceptions au droit des peuples autochtones à leurs territoires et à leurs ressources : le motif très courant serait l’intérêt national, dont les critères sont vagues. Les chapitres de ce livre sont autant d’exemples de la réalité du terrain : routes, barrages, entreprises minières, concessions de pétrole et de gaz, concessions forestières, tout cela prime de plus en plus sur tout autre droit. »

Dans la même rubrique

Dernières brèves