Navigation

AccueilActualitésNews de l’histoire (du droit) des colonies

Cecile Van Den Avenne, De la bouche même des indigènes. Echanges linguistiques en Afrique coloniale, Vendémiaire, 2017.

mercredi 15 novembre 2017, par Dominique Taurisson-Mouret

Présentation éditeur :

« Les langues de la conquête coloniale, Bambara, wolof, peul, arabe... Quand les explorateurs français s’aventurent pour la première fois à l’intérieur
des terres de l’Afrique de l’Ouest, ils se trouvent confrontés à plusieurs centaines de langues différentes. Comment se faire comprendre quand il s’agit de trouver des vivres, de réquisitionner des hommes, de se faire indiquer des itinéraires praticables ? Au cours du XIXe siècle, la communication devient un enjeu crucial de la conquête et une condition indispensable pour établir durablement la présence de la République dans ces territoires. De l’apprentissage par les explorateurs de la langue mandingue à l’imposition du français comme outil de domination politique et culturelle, en passant par l’utilisation de l’arabe écrit au sein de l’administration coloniale, c’est un panorama inédit des interactions entre les différents protagonistes de cette rencontre que nous offre cet ouvrage : à travers les pratiques de communication entre Africains et Européens, un aspect méconnu et pourtant crucial de la colonisation. »

Cécile Van den Avenne est professeure à l’Université de Paris 3-Sorbonne Nouvelle. Normalienne et agrégée de grammaire, elle s’est spécialisée en sociolinguistique et travaille depuis une dizaine d’années sur le contact colonial en Afrique de l’Ouest.

Présentation
Lire / Écouter / Voir
Cecile Van Den Avenne, De la bouche même des indigènes. Echanges linguistiques en Afrique coloniale, Vendémiaire, 2017.
Mercredi 15 novembre

Tout l’agenda

Dans la même rubrique

Dernières brèves